Douche vaginale : la menace du cancer de l’ovaire

Dernière mise à jour: octobre 2016 | 11812 visites
douche1.jpg

news La pratique de la douche vaginale est fortement déconseillée. Un nouvel effet néfaste a été mis en évidence : elle augmenterait le risque de souffrir d’un cancer ovarien.

Il a déjà été bien démontré que cette méthode d’hygiène intime, avec l’introduction d’un liquide dans le vagin à l’aide d’une poire à lavement (le moyen le plus fréquent), perturbe la flore vaginale, compromet la fonction auto-nettoyante des sécrétions vaginales et expose aux infections. Une équipe américaine a suivi pendant plusieurs années quelque 40.000 femmes (âgées de 35 à 74 ans), qui ont répondu à un questionnaire sur leurs habitudes dans ce domaine.

Une sur cinq indique pratiquer régulièrement la douche vaginale. Les cas de cancer de l’ovaire ont été relevés, et il s’avère que ces femmes courent un risque deux fois plus élevé de développer une tumeur ovarienne. Ceci est sans doute dû aux infections, aux irritations, aux inflammations…, liées à l’altération de la flore vaginale, non seulement en raison de la douche intime en tant que telle, mais aussi par l'action des substances agressives que l’on peut retrouver dans les produits de lavement. Ces perturbations n’affectent pas que le vagin, et elles peuvent aussi induire des conséquences au-delà : l’utérus, les trompes de Fallope, et donc également les ovaires. L’hygiène intime féminine ne doit porter que sur la vulve, en utilisant des produits doux, et il faut absolument éviter de nettoyer le vagin dans sa profondeur.

Source: Epidemiology (http://journals.lww.com/epi)
publié le : 20/10/2016 , mis à jour le 19/10/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci