Mémoire : comment bien gérer son sommeil ?

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 5441 visites
nb-vr-slapen-05-16.jpg

news On sait que le sommeil est un élément important du processus de mémorisation : bien dormir entre deux séances d’apprentissage ajoute encore à son efficacité.

Commençons par… la conclusion : « Dormir après l’apprentissage est définitivement une bonne stratégie, mais dormir entre deux sessions d’apprentissage est une meilleure stratégie ». Cette équipe française (université de Lyon) a demandé à des adultes de participer à deux sessions de mémorisation d’une vingtaine de mots d’une langue qu’ils ne connaissaient pas (le swahili, parlé en Afrique de l’Est), et leur traduction en français. Au terme de la première séance, tous devaient avoir acquis une connaissance parfaite des paires de mots (swahili – français). Douze heures plus tard, on leur a demandé de se les rappeler. La grande différence réside dans le fait que les uns ont étudié le matin, avec une seconde session (le rappel) en soirée, alors que les autres ont mémorisé en fin de journée, et sont revenus le lendemain après avoir dormi.

Que dit le résultat ?

- Les participants du « groupe sommeil » se souvenaient spontanément de davantage de paires de mots, une différence significative mais pas considérable par rapport au « groupe éveil ».
- Il a fallu deux fois moins de temps au « groupe sommeil » qu’au « groupe éveil » pour réapprendre les paires de mots oubliées.
- Ce réapprentissage lors de la seconde session se maintient beaucoup mieux sur la durée (une semaine et six mois plus tard) dans le « groupe sommeil ».

Comme l’expliquent les chercheurs, « nous avons pu démontrer que le sommeil entre deux sessions de mémorisation non seulement réduit de moitié le temps nécessaire pour la consolidation de l’apprentissage, mais assure aussi une bien meilleure rétention à long terme ».

Source: Psychological Science (http://pss.sagepub.com)
publié le : 05/11/2016 , mis à jour le 04/11/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci