Les vertus digestives et dépuratives de l'oseille

Dernière mise à jour: avril 2017 | 10271 visites
123m-zuring1-voeding-groenten-27-4.jpg

news Légume rustique, l'oseille offre une saveur acidulée encore qu'assez douce. Elle présente de hautes valeurs nutritionnelles et de réels bienfaits pour la santé. Découvrez cette plante aux vertus nombreuses mais méconnues.

L’usage de l’oseille en cuisine remonte à l'époque de la Rome antique. Les Romains l'appréciaient tout particulièrement pour ses vertus digestives. Au Moyen Age, elle était consommée notamment pour prévenir le scorbut.

L'oseille est particulièrement riche en vitamines B1, B2, B9 et C, en magnésium, en potassium, en fer, en cuivre et en provitamine A. Elle est hypocalorique avec seulement 25 kcal/100 g.

• L'oseille contribue à la santé du système immunitaire et du système nerveux.

• Elle réduit la fatigue.

• Elle favorise le bon fonctionnement des reins et des glandes surrénales.

• Riche en antioxydants, elle permet de lutter contre les maladies cardiovasculaires.

• Ses feuilles peuvent être utilisées en infusion pour leurs vertus diurétiques, laxatives et dépuratives.

• En usage externe, le cataplasme d’oseille permet de faire mûrir un abcès cutané et de soigner les plaies.

Et en cuisine ?

L'oseille est délicieuses en potage et sous forme de sauce (à l'instar du cresson) à servir avec du poisson, et plus spécialement avec du saumon. Elle se marie aussi très bien avec les œufs et la volaille.

L'oseille fraîche flétrit rapidement. On peut la conserver deux ou trois jours dans le bac à légumes du réfrigérateur, à condition de la garder dans une boîte bien fermée ou dans un essuie légèrement humide. Ne la lavez qu'au moment de son utilisation et veillez à ne pas la laisser tremper trop longtemps dans l'eau sous peine qu'elle flétrisse. L'oseille cuite ne se conserve pas bien et sa congélation ne donne pas de bons résultats...

Source: Barbara Simon
publié le : 01/05/2017 , mis à jour le 30/04/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci