Le hoquet, un phénomène complexe et mystérieux

Dernière mise à jour: novembre 2019 | 3054 visites
123-verrassing-hand-mond-170-3.jpg

news Le hoquet aigu est extrêmement fréquent : qui n’en a jamais été atteint ? Pourtant, il recèle une grande part de mystère, et c’est encore plus vrai pour le hoquet chronique.

Le hoquet est défini comme une contraction involontaire, incontrôlable et répétée du diaphragme, avec une fermeture de la glotte, ce qui produit ce bruit si caractéristique. Banal dans la très grande majorité des cas, le hoquet peut cependant persister plusieurs heures, voire plusieurs jours, et même devenir chronique (plusieurs mois à plusieurs années). On parle alors de hoquet « intraitable » : or, il n’existe pas de lignes directrices claires concernant la prise en charge d’un trouble qui peut lourdement compromettre la qualité de vie.

C’est ce que confirme une équipe américaine (université Loyola), après avoir passé en revue la littérature médicale consacrée à ce sujet, en particulier ces cinq dernières années. Elle rappelle aussi que le hoquet est un problème commun au croisement de plusieurs spécialités médicales, dont la neurologie, la gastro-entérologie et la pneumologie, tout en relevant de la médecine générale. « Le hoquet est un mécanisme complexe impliquant de multiples neurotransmetteurs et des structures anatomiques du système nerveux central et périphérique », ajoutent ces neurologues.

Quant à la prise en charge médicale, en tout cas pour le hoquet chronique, elle renvoie à des médicaments qui ont montré une certaine efficacité : les antagonistes de la dopamine, le baclofène, la gabapentine, ou encore certains anticonvulsivants. Pour le hoquet « simple », les trucs et astuces ne manquent pas (voir le lien ci-dessous), avec un résultat aléatoire…

Voir aussi l'article : Les astuces pour arrêter le hoquet

Source: Current Neurology and Neuroscience Reports (https://link.springer.com/j)
publié le : 10/11/2019 , mis à jour le 20/11/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci