Grossesse et exercice : peut-on continuer à courir sans risque ?

Dernière mise à jour: décembre 2018 | 4209 visites
123m-zw-sport-lopen-3-12.jpg

news La poursuite d’une activité physique est recommandée chez la femme enceinte, avec cependant des interrogations en cas d’exercices intenses. Qu’en est-il de la course à pied ?

Les recommandations pour la femme enceinte font état de 30 minutes d’exercices quotidiens modérés, au moins cinq fois par semaine. Ceci permet notamment de mieux limiter la prise de poids pendant la grossesse (prévention de l’éclampsie, du diabète gestationnel et de l’hypertension). Mais il ne faut pas exagérer, puisqu’un excès pourrait nuire au fœtus et exposer à un accouchement prématuré.

Concernant la course à pied, une équipe britannique (King’s College London) a examiné des données concernant quelque 1300 femmes enceintes, joggeuses avant leur grossesse. Les unes ont continué à courir, les autres pas. Deux paramètres ont été pris en considération : l’âge gestationnel à l’accouchement et le poids du bébé à la naissance. Le résultat du suivi ne montre aucune différence sur ces deux critères, indépendamment de la distance hebdomadaire parcourue ou du stade de la grossesse. On note néanmoins une proportion plus importante d’accouchements par voie basse assistés parmi celles qui ont continué à courir (27% contre 22%). Comme l’explique le Journal international de médecine (JIM), « ces taux plus élevés sont probablement liés à une modification du tonus musculaire du plancher pelvien ».

Ajoutons que les auteurs n’ont pas examiné l’influence d’autres exercices concomitants, et que selon les participantes, le temps de course variait entre 15 et 50 minutes par séance. Il est probable qu’une activité physique modérée, en l’occurrence la course à pied, n’influence pas négativement (au contraire) le déroulement de la grossesse et de l’accouchement.

Source: BMJ Open Sport & Exercice Medicine (https://bmjopensem.bmj.com)
publié le : 26/12/2018
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci