Complications de la grossesse : quel est votre âge ?

Dernière mise à jour: décembre 2018 | 3043 visites
123-p-zw-buik-170-12.jpg

news L’âge influence de manière significative le risque de complications de la grossesse, et en particulier si elle intervient à un âge précoce ou tardif.

Cette équipe américaine (Columbia University) a procédé à l’analyse d’une quantité considérable de données, puisqu’elles concernent quelque 37 millions de femmes enceintes au cours de ces dix dernières années. Les spécialistes ont voulu déterminer la fréquence des comorbidités associées à la grossesse ou des complications obstétricales en fonction de l’âge : césarienne, pré-éclampsie, éclampsie, hémorragie du post-partum, diabète gestationnel.

Que constate-t-on ?

D’abord, que la proportion de naissances parmi les jeunes femmes de 15 à 17 ans a considérablement baissé (- 47%), alors qu’elle a beaucoup augmenté parmi les femmes de 45 à 54 ans (+ 26%).

Maladie maternelle grave. Le risque est le plus élevé parmi les 45 - 54 ans (5,3%). En comparaison avec les femmes de 25 - 29 ans (groupe de référence), le risque est quasiment multiplié par quatre.

Césarienne. Le taux est de 63% chez les 45 - 54 ans et de 32% chez les 25 - 29 ans.

Pré-éclampsie. Le taux est le plus élevé parmi les 45 - 54 ans (10,4%), alors que les 15 - 17 ans se situent aussi au-dessus de la moyenne (5,4%). C’est parmi les jeunes femmes qu’on observe le taux le plus élevé d’éclampsies.

Hémorragie du post-partum. Le taux le plus élevé concerne les 45 - 54 ans (5%), avec un risque plus élevé que la moyenne chez les plus jeunes (3,3%).

Diabète gestationnel. Il concerne 16,4% des femmes de 45 - 54 ans, avec une augmentation linéaire au fur et à mesure que l’âge avance (1,5% chez les 15 - 17 ans).

Le Dr Catherine Vicariot (Journal international de médecine) commente : « Cette étude confirme que les grossesses « aux extrémités » font courir plus de risques. Les femmes qui envisagent une grossesse tardive doivent être averties des risques qu’elles encourent ».

Source: American Journal of Obstetrics & Gynecology (www.ajog.org)
publié le : 04/01/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci