Existe-t-il vraiment un moyen d'éliminer l'alcool plus vite ?

Dernière mise à jour: mars 2019 | 10924 visites
123-alcoh-kater-dronk-170-9.jpg

news Qu'il s'agisse de trucs et astuces que l'on se partage, ou de produits miracles censés donner des résultats spectaculaires : existe-il un moyen d'éliminer l'alcool plus rapidement, en particulier quand on souffre d'une gueule de bois ?

La réponse est claire, et probablement décevante : non. Il n’y a pas moyen d’accélérer l'élimination de l’alcool et donc de redevenir plus vite sobre. Boire du café, prendre une douche froide, faire de l’exercice ou respirer de l'air frais, rien n’y fera. Vous vous sentirez peut-être un peu mieux, mais la teneur en alcool de votre sang ne sera en rien modifiée. Les produits, notamment ceux vendus sur Internet, sont inefficaces et chers.

L’eau n’accélère pas non plus l'élimination de l’alcool. Un verre d'alcool standard est décomposé par le foie en 1 à 1,5 heure et l'eau n’y change rien. Par contre, boire de l'eau entre les verres d'alcool et à la fin de la soirée peut aider à prévenir la gueule de bois, et en tout cas à en atténuer les symptômes. L'alimentation joue aussi un rôle. La présence de nourriture dans l’estomac ralentit l'assimilation de l'alcool, et la sensation d'ivresse se manifeste plus lentement. Toutefois, la concentration d'alcool dans le sang reste la même qu'à jeun.

En moyenne, un verre de boisson alcoolisée standard (25 cl de pils, 10 cl de vin, 7 cl d’apéritif, 3 cl de liqueur) donne un taux d'alcool de 0,2 à 0,3‰. Après 2 ou 3 verres, vous entrez donc dans la « zone à risque », supérieure à 0,5.

La même quantité d'alcool ne donne pas la même alcoolémie pour tous : cela varie d'une personne à l'autre et dépend du poids, de la teneur corporelle en graisse, du sexe, de l'âge... Par exemple, une fille de 20 ans mesurant 1 m 60 et pesant 50 kg atteindra en principe la limite plus rapidement qu'un garçon du même âge d’1 m 80 et de 75 kg.


publié le : 04/03/2019 , mis à jour le 03/03/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci