A quelle vitesse pouvez-vous monter les escaliers ?

Dernière mise à jour: avril 2019 | 3522 visites
standaard-vr-trap-lopen170__.jpg

news La capacité à monter rapidement les escaliers est un indicateur fiable de la forme physique, et plus globalement de l’état de santé.

Cette équipe espagnole (université de La Corogne) a réalisé une étude de très large envergure afin de déterminer l’association entre la condition physique et le risque de décès à moyen terme. Le suivi a concerné quelque 12.000 adultes, soumis à un test sur tapis roulant : ils devaient marcher ou courir jusqu’à épuisement, avec une augmentation progressive de l’intensité de l’effort. Celle-ci a été calculée en équivalent métabolique ou MET, sachant que plus l’intensité est élevée, plus le nombre de MET s’accroît.

Le résultat montre que chaque MET supplémentaire (la capacité d’effort de l’individu) est associé à une réduction du risque, à 5 ans, de décès de cause cardiovasculaire ou à la suite d’un cancer. Le risque cardiovasculaire s’avère trois fois plus élevé lorsque la forme physique est faible (par rapport à une bonne condition physique), alors que la proportion est similaire pour le risque de cancer.

Les participants à cette étude constituaient un groupe particulier, puisqu’ils avaient été diagnostiqués avec une maladie coronarienne, ou présentaient un risque. Néanmoins, estiment les chercheurs, l’association entre la condition physique et la menace de dégradation sévère de l’état de santé peut s’appliquer à la population au sens large, en tout cas à partir d’un certain âge. Et il n’est pas indispensable de se soumettre au test du tapis roulant pour se faire une idée assez précise. « Si vous êtes capable de monter à bon rythme trois volées d’escaliers sans vous arrêter, ou quatre volées rapidement, c’est que vous présentez une capacité fonctionnelle satisfaisante. Si vous n’y arrivez pas, il s’agit d’une bonne indication que vous avez besoin de pratiquer davantage d’exercice physique ». Et sans doute aussi d’adapter d’autres comportements, et on pense notamment au tabac ou à l’alimentation.

Source: European Society of Cardiology (www.escardio.org)
publié le : 15/04/2019 , mis à jour le 14/04/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci