Antidouleurs après une opération : attention !

Dernière mise à jour: juillet 2019 | 8566 visites
pillen-hand-170_400_05.jpg

news L’administration abusive d’antidouleurs opioïdes après une intervention chirurgicale peut conduire à une dépendance à long terme, avec des conséquences catastrophiques.

La dépendance aux analgésiques opioïdes (tramadol, codéine, oxycodone, fentanyl…) est un problème considérable, en particulier aux Etats-Unis et au Canada, mais les pays européens sont eux aussi de plus en plus concernés. Les intoxications et les décès liés au mésusage de ces médicaments sont en augmentation exponentielle. La revue médicale The Lancet a consacré un dossier à ce sujet, dont rend compte Le Généraliste.

L'importance de recommandations précises


On lit : « Dans bien des cas, la dépendance aux opioïdes commence avec une prescription après une intervention chirurgicale mineure ». En fait, quel que soit le type d’opération, 10% des patients souffrent de douleurs postopératoires chroniques. Une douleur postopératoire aiguë mal contrôlée constitue un facteur prédictif du développement de douleurs chroniques. Et ces douleurs sont souvent traitées par de plus fortes doses d’opioïdes, ce qui aggrave le problème en raison d’une tolérance croissante aux opioïdes ou d’une hyperalgésie (amplification de la douleur) induite par ces antalgiques.

Plusieurs études sont reprises dans ce dossier du Lancet, et toutes tendent vers l’absolue nécessité de décourager la prescription excessive d’opioïdes et d’en prévenir le mésusage. L’alternative ? Par exemple l’organisation de « cliniques de transition » spécialisées dans la prise en charge de la douleur, et qui assureraient le relais entre la période d’hospitalisation et le retour à la maison afin d’éviter l’utilisation prolongée d’opioïdes. Dans ce contexte, la prise en charge multidisciplinaire est importante afin de développer des schémas thérapeutiques personnalisés.

Globalement, poursuit Le Généraliste, « les auteurs regrettent qu’il n’existe aucun consensus sur la durée maximale de traitement aux opioïdes, et ils en appellent à des recommandations précises sur leur utilisation ».

Source: The Lancet (www.thelancet.com/journals/)
publié le : 05/07/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci