Sexualité : quel effet de l’âge chez la femme ?

Dernière mise à jour: octobre 2019 | 12539 visites
123m-vr-bed-oud-psy-11-9.jpg

news La sexualité est un élément important du bien-être physique et mental, et ceci jusqu’à un âge avancé. Cependant, des obstacles physiques et psychologiques peuvent considérablement affecter la femme.

L’expérience personnelle, vérifiée par de nombreuses études, met en évidence les effets physiques négatifs de la ménopause sur la sexualité, en raison surtout de troubles fréquents comme la sécheresse vaginale et la dyspareunie (douleur lors de la pénétration).

Lors d’une enquête réalisée auprès de quelque 4500 femmes ménopausées, une équipe britannique (université du Sussex) a confirmé l’importance de ces symptômes physiques sur l’altération de la sexualité, mais elle a aussi mis en évidence des facteurs psychologiques d’une grande importance : confiance en soi, sentiment d’être désirée, image de son corps, humeur fluctuante, anxiété, difficultés relationnelles… Ces paramètres interviennent de manière prépondérante dans le désir sexuel (libido), en le contrariant (parfois fortement) dans une proportion importante de cas. Les auteurs considèrent d’ailleurs que ces éléments psychologiques sont souvent plus déterminants que les facteurs physiques, en tout cas en ce qui concerne directement les femmes. De nombreuses femmes ont également pointé l’état de santé du partenaire, et en particulier la présence d’une dysfonction érectile.

Tout ceci indique que la perturbation de la vie sexuelle de la femme avec l’âge qui avance va bien au-delà des problèmes physiques, singulièrement ceux associés à la ménopause, et que la prise en charge des femmes qui manifestent une insatisfaction sexuelle doit être envisagée de manière globale, tant sur le plan physique que psychologique.

Voir aussi l'article : Sexualité des seniors : envie, plaisir et difficultés

Source: Menopause (https://journals.lww.com/me)
publié le : 07/10/2019 , mis à jour le 06/10/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci