L'été, une saison à plus haut risque de cystite ?

Dernière mise à jour: septembre 2019 | 12145 visites
Dans cet article
L'été, une saison à plus haut risque de cystite ?

dossier Environ 40% des femmes souffrent parfois ou souvent de cystite et il se dit que les infections urinaires seraient plus fréquentes en été. Les saisons influencent-elles le risque, et si c'est le cas, quels sont les facteurs spécifiques à l'été ?

Il existe peu de littérature scientifique relative au caractère saisonnier ou non des cystites. Cependant, une étude sur la vente d'antibiotiques pour le traitement des infections des voies urinaires apporte un bon éclairage sur la question. Cette enquête menée dans sept pays montre une augmentation de 8 à 20% de vente de ces médicaments au cours de l'été.

Quels peuvent être les facteurs de risque associés à la saison estivale et à la hausse des températures ?

La bactérie E. coli

123-e-coli-bact-170_07.jpg
Dans 70 à 80% des cas d'infection urinaire, c’est la bactérie Escherichia coli (E. coli) qui est en cause. Les femmes sont plus souvent atteintes que les hommes parce que leur anus et leur vagin sont très proches, et qu’en plus, leur urètre est beaucoup plus court. Par conséquent, toutes sortes de germes du rectum migrent vers les voies urinaires.

L'influence de l'été ? Des recherches ont montré que les infections intestinales par E. coli étaient entre 12 et 35% fois plus fréquentes en été, avec une influence sur les infections urinaires.

Les conseils

• Le jus de canneberge (cranberry) est souvent associé à la prévention de la cystite. Il augmenterait l'acidité de l'urine et empêcherait ainsi les bactéries de se fixer à la muqueuse de la vessie. Mais cette théorie n’est pas suivie par tous, d’autant qu’il n’existe toujours pas de preuves scientifiques pour la confirmer.

• Un environnement humide et chaud et des vêtements serrés sont les conditions idéales pour le développement de bactéries, notamment E. coli. C'est pourquoi il est recommandé de ne pas rester trop longtemps dans un maillot mouillé, même si, ici non plus, il n’y a pas de preuve scientifique formelle.

• Étant donné qu’on transpire davantage en été, y compris aux parties génitales, il est conseillé de porter un slip en tissu « respirant » (par exemple en coton) et des vêtements légers qui ne serrent pas. Pour la même raison, changez souvent de protège-slip.

• Une recommandation qui s'applique à toutes les saisons : quand vous allez aux toilettes, frottez-vous toujours de l’avant vers l’arrière afin de ne pas véhiculer de bactéries intestinales vers les voies urinaires.

L'hydratation

nb-vr-drinkt-water-08-15_.jpg
Pour bien rincer votre vessie, vous devez boire suffisamment d’eau et uriner régulièrement. Les bactéries risquent en effet moins de se fixer à la paroi de la vessie si elle est régulièrement remplie et vidée. Si vous ne buvez pas suffisamment et n’urinez pas assez, vous créez dans votre vessie un environnement propice au développement de bactéries.

Selon certaines sources, un excès d'alcool, de sucres et de caféine pourrait être un déclencheur.

L'influence de l'été ? À des températures élevées, vous transpirez davantage, ce qui peut entraîner une légère déshydratation. Dans ce cas, vous urinez moins souvent, l’urine est plus concentrée et reste plus longtemps dans la vessie.

Les conseils

• Buvez suffisamment d'eau (1,5 à 2 litres par jour en cas de températures élevées) pour bien rincer votre vessie et éliminer les bactéries avant qu'elles commencent à proliférer.

• Ne vous retenez pas d'uriner et videz toujours complètement votre vessie. La position idéale pour cela est de vous asseoir sur le siège des toilettes le dos bien droit, et de prendre votre temps.

Les rapports sexuels

123m-koppel-sex-vr-29-4.jpg
Pendant le rapport sexuel, des bactéries risquent de pénétrer dans l'urètre de la femme via le pénis ou les doigts du partenaire, soit porteurs de germes de manière directe, soit indirecte (après contact anal).

L'influence de l'été ? Les vacances et la relaxation totale sont le mélange idéal pour réveiller la libido. Une modification des habitudes sexuelles pendant les vacances d'été, comme une pénétration vaginale prolongée avec une humidification insuffisante, un toucher vaginal ou anal pendant le rapport, ou l’utilisation d'une vibromasseur, peuvent augmenter le risque de cystite.

Les conseils

• Le fait d'uriner immédiatement après un rapport sexuel permet l’évacuation des bactéries qui auraient pénétré dans l’urètre.

• Rafraîchissez vos parties intimes avant le rapport sexuel et limitez l'utilisation de savon, également pour votre hygiène intime quotidienne. Un vagin est auto-nettoyant et il nécessite seulement un bain à l'eau tiède. N'utilisez pas de spray ou de gel.


publié le : 05/09/2019 , mis à jour le 05/09/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci