Contraception : avec ou sans règles ?

Dernière mise à jour: janvier 2020 | 3662 visites
123-hyg-tampons-menstr-170_11.jpg

news Il est parfaitement possible d’utiliser un moyen contraceptif qui entraîne un arrêt des règles. Pourtant, de nombreuses femmes sont réticentes face à la suppression des menstruations. Pour quelle raison ?

Ainsi que le rappelle le Dr Roseline Péluchon (Journal international de médecine), « les règles survenant dans le cadre d’une contraception résultent non pas du cycle naturel mais de la privation hormonale, et elles ne procurent aucun bénéfice en termes de santé ». Plusieurs enquêtes ont montré que les femmes européennes et américaines préféreraient avoir moins de règles, tout en observant - paradoxalement - un rejet des méthodes supprimant les menstruations.

En fait, les règles survenant chaque mois peuvent être considérées comme relativement désagréables, mais d’un autre côté, elles sont perçues comme nécessaires, naturelles et rassurantes (par rapport à l’absence de grossesse).

Expliquer les bénéfices de la suppression des règles


Pour en savoir un peu plus sur la façon dont les femmes envisagent la relation entre la contraception et les règles, une équipe américaine (université Purdue) a réalisé une enquête reposant sur des entretiens individuels, des séances de groupe et un questionnaire en ligne. Au total, un millier de femmes sont intervenues. « Majoritairement, les participantes désignent leur méthode contraceptive préférée parmi celles qui permettent des règles chaque mois et un contrôle journalier de la contraception », poursuit le Dr Péluchon. Ceci renvoie à la contraception oestro-progestative, et nombre d’utilisatrices manient cette contraception combinée pour choisir le moment de leurs règles.

L’étude confirme que la plupart des femmes estiment que les règles sont bénéfiques, alors que leur suppression est anormale et qu’elle pourrait avoir des conséquences sur la santé. Ce n’est pas l’avis de celles qui recourent à une contraception à longue durée d’action (implant ou dispositif hormonal intra-utérin).

Le Dr Péluchon commente : « Pour les auteurs, ces différences reflètent sans doute des défauts dans l’information délivrée. Ils estiment que les soignants doivent pouvoir expliquer les bénéfices de la suppression des règles aux femmes qui souhaitent un conseil de contraception. Parler de la régulation et de la suppression des règles comme d’un choix naturel et sain pourrait améliorer leur acceptabilité. Les praticiens doivent aussi être à l’écoute des idées reçues concernant les dispositifs à longue durée d’action, afin d’apaiser les craintes et d’améliorer la perception des conséquences à long terme ».

Voir aussi l'article : Règles douloureuses : l’exercice physique peut vous soulager

Source: BMC Women’s Health (https://bmcwomenshealth.bio)
publié le : 09/01/2020 , mis à jour le 08/01/2020
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci