Courir : une heure par semaine, c’est très bien

Dernière mise à jour: janvier 2020 | 5615 visites
123m-lopen-sport-4-12-19.jpg

news Le fait de courir une bonne heure, une fois par semaine, engendre de réels bienfaits pour la santé, et réduit le risque de mortalité prématurée par cancer et par maladie cardiovasculaire.

Classiquement, il est recommandé de pratiquer une activité physique d’intensité modérée (marche rapide par exemple) une demi-heure par jour, cinq fois par semaine, afin d’attendre un seuil de 150 minutes hebdomadaires d’exercice. Une équipe australienne (Victoria University) a passé en revue une série d’études réalisées sur l’association entre la course à pied et la mortalité prématurée toutes causes confondues, ou spécifiquement par cancer ou par maladie cardiovasculaire. La méta-analyse regroupe au total quelque 232.000 participants, suivis pendant une période de 5,5 à 35 ans.

Le résultat montre que le jogging réduit respectivement de 27%, 30% et 23% le risque de mortalité prématurée toutes causes confondues, par maladie cardiovasculaire et par cancer, par rapport à la non-pratique de la course à pied. Ce bénéfice est observé en cas d’activité physique régulière, en l’occurrence une heure, une fois par semaine. Et assez curieusement, il n’est pas indispensable de courir beaucoup plus longtemps, plus souvent ou à une intensité très élevée pour atteindre l’objectif préventif.

D’autres travaux rejoignent ce constat. Ces recherches-ci se distinguent par le fait qu’elles situent relativement bas le seuil bénéfique satisfaisant, mais on parle ici de course à pied, qui demande un effort supérieur à celui de la marche à bon rythme (notamment), cette dernière exigeant une pratique plus fréquente pour permettre d’atteindre un bénéfice santé suffisant.

Voir aussi l'article : Marcher ou courir : de l’énergie pour le cerveau

Source: British Journal of Sports Medicine (https://bjsm.bmj.com)
publié le : 28/01/2020 , mis à jour le 27/01/2020
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci