ad

Maladie : vos réactions sur Facebook donnent des indices

Dernière mise à jour: juin 2020 | 2657 visites
123-stress-computer-internet-burnout-2-29.jpg

news La manière dont une personne s'exprime sur Facebook, et plus exactement les changements dans ses réactions, pourrait donner des indices sur son état de santé, et même sur le risque de devoir se rendre aux urgences.

Une équipe américaine (université de Pennsylvanie) a examiné les dossiers médicaux de quelque 3000 personnes, tout en ayant accès (après autorisation bien entendu) à toutes leurs publications Facebook (statuts, commentaires, likes...). Environ 400 participants avaient été pris en charge dans un service d'urgences en raison de plaintes très diverses (les accidents n'ont pas été pris en compte).

Un programme informatique a analysé les publications sur Facebook au maximum deux mois et demi avant l'admission aux urgences, et il a également évalué le contenu se rapportant aux personnes qui n'avaient pas souffert d'un problème de santé.

Le résultat montre, chez les patients, un changement « significatif », avec davantage de sujets liés à la famille et à la santé, et l'utilisation d'expressions beaucoup plus formelles, de messages plus anxieux et déprimés, et moins d’exclamations (de type LOL).

L'un des chercheurs explique : « Bien que cette recherche soit très préliminaire, ces observations recèlent un réel potentiel pour l'identification de patients à risque. Les informations pourraient être utilisées pour permettre une approche plus proactive, afin d'organiser une prise en charge rapide, ou pour que les personnes préoccupées par leur état de santé reçoivent des informations pertinentes ». Bien entendu, « toute recherche dans ce domaine doit respecter la vie privée des patients et garantir une transparence totale sur quand, comment et par qui ces informations sont traitées ».

Si ce domaine d'études en est encore à ses balbutiements, des travaux antérieurs, conduits par la même équipe, avaient déjà montré que la manière de s'exprimer sur Facebook pouvait indiquer un état dépressif, parfois jusqu'à trois mois avant le diagnostic médical.

Voir aussi l'article : Facebook pour vivre plus longtemps ?

Source: Scientific Reports (www.nature.com/srep)
publié le : 19/06/2020 , mis à jour le 18/06/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci