ad

Record : des bactéries en sommeil depuis 100 millions d’années

Dernière mise à jour: octobre 2020 | 5892 visites
123m-bacterien-13-10-20.jpg

news Des scientifiques ont extrait des profondeurs des océans des bactéries « endormies » depuis 100 millions d’années. Le record précédent était de 15 millions d’années. Comment ont-elles survécu ?

La découverte a été réalisée suite à l’extraction d’une carotte de sédiments à une profondeur de près de 6000 mètres dans le gyre subtropical du Pacifique sud, à l’est de l’Australie. Un gyre est un gigantesque tourbillon d’eau océanique formé d’un ensemble de courants marins. Les nutriments y sont quasiment inexistants, et donc la vie marine aussi. Une sorte de désert océanique.

Ailleurs dans l'univers ?

Une équipe américaine (université de Rhode Island) y a prospecté. En analysant les sédiments, elle a identifié huit espèces bactériennes communes dans l’eau de mer, mais elles étaient ici inactives, comme dormantes, sans se multiplier. Au départ, la concentration était de 1000 unités par cm3. Après avoir été alimentées en laboratoire, les bactéries sont rapidement passées à 1 million par cm3. La datation des sédiments les fait remonter à 100 millions d’années (le record précédent était de 15 millions d’années), et depuis, ces micro-organismes ont donc survécu vaille que vaille.

Comment ? L’analyse a mis en évidence des traces d’oxygène provenant de la surface, ce qui donne à penser que les bactéries ont pu disposer d’une quantité infime de « matériel organique » pour s’alimenter. Cette découverte stupéfiante confirme que décidément, la vie est possible partout, même dans un environnement incroyablement hostile.

Sur Terre, et… ailleurs dans l’univers ? En tout cas, l’un des chercheurs ajoute : « Si la surface d’une planète ne semble pas prometteuse, cela ne signifie pas qu’en dessous, la vie soit inexistante ».

bacteries.jpg

Ces bactéries étaient en sommeil depuis 100 millions d'années.

Voir aussi l'article : Comment les bactéries se répandent sur notre langue

Source: Science (www.sciencemag.org)
publié le : 22/10/2020 , mis à jour le 21/10/2020
ad
pub