ad

Café et sommeil : quel délai entre la dernière tasse et le coucher ?

Dernière mise à jour: mars 2021 | 4177 visites
123-warme-hot-koffie-heet-drank-04-19.png

news Le café du matin constitue un moment incontournable pour beaucoup d’entre nous. Certains apprécient aussi une tasse dans l’après-midi, voire en fin de journée. Avec quel effet sur le sommeil ?

La caféine stimule la vigilance, et au réveil, elle remet les idées en place. Un coup de fouet qui perdure tout au long de la matinée, d’autant que dans la plupart des cas, une tasse de café est suivie d’une autre. La caféine est absorbée par l’organisme endéans les 45 minutes après son absorption, et son pic plasmatique (sanguin) est atteint entre 15 minutes et deux heures. Ses effets durent plusieurs heures. Combien ? En fait, tout dépend du rythme auquel elle est métabolisée.

Cette durée ne pose pas de problème lorsqu’on boit du café dans la matinée. Il en va autrement quand on en consomme dans le courant de l’après-midi ou en soirée. Nous ne sommes pas égaux devant les effets stimulants de la caféine, en particulier sur son influence sur le sommeil. Certains y sont extrêmement sensibles, alors que d’autres peuvent boire un café quelques minutes avant d’aller se coucher sans que cela pose le moindre problème.

Il faut trouver le bon équilibre

Un récent rapport sur le café et la santé, rédigé par une équipe britannique (université d’Edimbourg), souligne combien cette relation entre la caféine et le sommeil est variable selon les individus. La recommandation générale, c’est qu’il faut éviter de boire du café dans un délai de six heures avant de se mettre au lit, car après, et au fur et à mesure qu’on approche du coucher, le risque est réel d’une perturbation de la durée et de la qualité du sommeil.

De fait, les personnes qui se savent fragiles par rapport à cela et qui souhaitent néanmoins consommer du café en fin d’après-midi ou en soirée devraient boire du décaféiné (ou un café très faiblement dosé en caféine). Et ceux qui ont l’impression que la caféine n’a aucun impact sur leur sommeil peuvent se tromper, surtout s’ils ressentent un effet stimulant le matin : ils n’appartiennent pas à la catégorie de ces personnes insensibles, pour des raisons génétiques, aux effets de la caféine. En fait, comme l’indique l’un des auteurs, pour la plupart d’entre nous, « la clé consiste à trouver un équilibre entre le plaisir procuré par le café et la nécessité d’en limiter la consommation à l’approche de l’heure de se mettre au lit ».

Voir aussi l'article : Cancer de la prostate : les bienfaits confirmés du café

Source: The Institute for Scientific Information on Coffee (www.coffeeandhealth.org)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub