La fibromyalgie

Dernière mise à jour: mars 2011 | 21785 visites

dossier D’après de récentes données épidémiologiques, il y aurait un pourcentage significatif de la population belge qui souffrirait de fibromyalgie. On estime que 5% des patients des médecins généralistes et 12% des rhumatologues seraient atteints de cette maladie. La fibromyalgie renvoie littéralement aux douleurs musculaires et aux tissus conjonctifs. Cette maladie fait l’objet de nombreuses interrogations tant de la part du corps médical que des patients.

Qu’est-ce que la fibromyalgie ?

Il s’agit d’un état pathologique qui se manifeste au niveau de l’appareil moteur (muscles et tendons) et qui est caractérisé par des douleurs chroniques qui graduellement se propagent à l’ensemble du corps et par des raideurs musculaires (surtout dans le cou, les épaules, le bas du dos, le bassin et les membres inférieurs et supérieurs). L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a défini la fibromyalgie comme un rhumatisme non spécifique. On distingue aussi un élément typique : un nombre plus élevé de points de pression sensibles à la douleur. Ces endroits douloureux, sensibles sont appelés les « Tender Points » et sont souvent assimilés à des muscles ou tendons qui sont soumis en situation de stress à des raideurs et contractures localisées.
On dénombre encore d’autres symptômes parmi lesquels : une fatigue générale, de la somnolence, des céphalées chroniques, des insomnies, des raideurs musculaires matinales, un transit intestinal perturbé, du stress chronique, des angoisses, de la dépression et de l’anxiété sans oublier une sensibilité aux variations climatiques. Ce qui est particulièrement significatif dans le cas de la fibromyalgie, c’est que malgré les symptômes persistants sans causes sous-jacentes, on ne retrouve aucun élément tant lors des examens radiologiques, scanners etc que dans les analyses sanguines. En effet, les causes du syndrome de la fibromyalgie restent pour l’instant encore inconnues. Un dérèglement du système immunitaire, des modifications de la structure des tissus conjonctifs, un manque d’oxygène au niveau musculaire, des troubles du métabolisme de certaines substances qui exercent une action au niveau des vaisseaux sanguins et du système nerveux, des dérèglements fonctionnels et le système de modulation de la douleurs ont été étudiés mais aucune cause définitive n’a pu être confirmée à ce jour!

Critères de classification

En 1990, l’American College of Reumatology (ACR) développa les critères de classification de la fibromyalgie.
1/Une douleur généralisée depuis au moins 3 mois avec des douleurs dans l’hémisphère droit et gauche du corps, partie supérieure, inférieure et axiale (nuque, poitrine, dos).
2/Douleurs à la palpation de 11 ou plus parmi les 18 points de pression ou « tender points » (dans le cou – avant et arrière), l’arrière des épaules, la cage thoracique, les coudes, la colonne lombaire, les hanches et les genoux. Les « tender points » apparaissent généralement toujours bilatéralement.

Les symptômes les plus fréquents

La douleur est le symptôme le plus important. Elle s’accompagne de raideurs et de sensibilité au niveau articulaire, musculaire et des tendons. Cela concerne surtout la nuque, les épaules, le haut des bras et les jambes. Les plaintes liées à la douleur s’amplifient sous l’effet du froid, par météo humide, en cas de fatigue, d’efforts intenses ou de stress émotionnel. Il s’agit en fait d’un cercle vicieux puisque les douleurs et leur gestion donnent lieu à du stress. On assiste à un scénario douleurs-stress-douleurs.
Les douleurs diminuent ou s’atténuent sous l’effet de la chaleur (exemple un bain chaud) et de période d’exercices ou de relaxation. Les troubles du sommeil voire les insomnies vont de pair avec de la fatigue. Il s’agit d’un symptôme non négligeable. 60 à 90% des patients fibromyalgiques s’en plaignent. Ils souffrent aussi de céphalées et de côlon spastique avec une alternance constipation-diarrhée.

Diagnostic

Le diagnostic du syndrome de la fibromyalgie est établi sur base des antécédents médicaux du patient et sur base d’examens cliniques approfondis effectués par un médecin spécialisé en la matière. Des examens complémentaires permettent d’exclure d’autres pathologies comme des maladies rhumatismales ou neurologiques.

Traitements

Essentiellement des antidouleurs (paracétamol), à condition de ne pas créer d’accoutumance, associés à un antidépresseur à faible dose surtout pour gérer les troubles du sommeil. D’autres médicaments font l’objet actuellement de recherches tant au niveau fondamental que clinique. Une supplémentation en magnésium permettrait d’atténuer les douleurs musculaires, les crampes musculaires et la fatigue sans oublier l’effet relaxant qu’il peut procurer. La pratique régulière d’exercices physiques est indispensable. Ils améliorent la condition physique mais permettent aussi de gérer les activités quotidiennes, de doser les efforts et, par conséquent de contrôler la douleur. La marche, le vélo, la natation, l’aquagym sont vivement conseillés. A pratiquer à son rythme et donc individuellement. On peut y ajouter des séances de relaxation. Au niveau de la vie quotidienne, il s’agit de doser les activités, de contrôler l’alimentation et de gérer le stress.

Il existe une ligue francophone de la fibromyalgie:
FOCUS Fibromyalgie
Bernadette Joris
Tél. : 060/37.88.58
www.focusfibromyalgie.be


publié le : 11/01/2011 , mis à jour le 30/03/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci