Antidouleurs pendant la grossesse : un risque pour la fertilité des garçons

Dernière mise à jour: janvier 2011 | 6147 visites
pil-roze.jpg

news Avant de prendre le moindre médicament en cours de grossesse, il est fermement recommandé que la future maman demande un avis médical. Et qui dit médicament, doit aussi penser antidouleurs. Ce n’est pas parce que ceux-ci sont en vente libre qu’ils peuvent être consommés dans n’importe quelles conditions. D’autant qu’une étude internationale suggère que les antalgiques pris par la femme enceinte pourraient présenter un risque – non encore clairement défini – pour la fertilité des garçons.

Tout est parti, en fait, d’expériences réalisées chez le rat, où il est apparu que l’administration d’antalgiques communs (paracétamol, aspirine, etc) durant la gestation était associée, à la naissance, à des anomalies des organes génitaux mâles. Des chercheurs français, danois et finlandais ont entrepris de vérifier cela auprès des humains, et publient leurs résultats dans la revue spécialisée « Human Reproduction ». Quelque 2300 mères de famille danoises et finlandaises ont été questionnées sur leur consommation d’antidouleurs durant la grossesse. Leurs garçons ont été examinés par des pédiatres, afin de dépister d’éventuelles malformations génitales (comme des testicules non descendus). De manière un peu curieuse, le groupe danois a permis d’établir un lien entre l’ingestion d’antidouleurs et la fréquence d’anomalies testiculaires ; mais cela n’a pas pu être mis en évidence dans le panel finlandais. Ceci étant, les auteurs de ces recherches mettent en garde les futures mamans, en leur déconseillant, sauf nécessité impérative et après l’aval d’un médecin, de prendre des antalgiques pendant toute la durée de la grossesse.


publié le : 07/01/2011 , mis à jour le 07/01/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci