On n'attrape pas un rhume suite à un courant d'air!

Dernière mise à jour: mars 2011 | 25402 visites
man-hoesten.jpg

dossier Votre nez n’arrête pas de couler et vous vous mouchez sans cesse. Le tas de mouchoirs à jeter s’élargit…bref, vous souffrez d’un bon rhume communément appelé « une crève ». Comment l’éviter ?

Le rhume

Un rhume également appelé rhinite ou coryza aigu est occasionné, pour rappel, par un virus. Contrairement à une idée reçue, le froid, une chute brusque des températures, une météo glaciale ou encore des courants d’air n’entraînent pas de rhume…mais plutôt un virus qui sera dans les parages. Mais pourquoi souffre-t-on dès lors davantage de rhume et/ou de refroidissement en hiver ? La chute du thermomètre n’est pas à incriminer mais bien le fait que de nombreuses personnes restent cloîtrées à l’intérieur dans des espaces relativement confinés, restreints. Vu leur proximité, ils augmentent ainsi le risque de contagion.

Plus le nombre de personnes est grand dans un espace confiné, plus le risque de transmettre et/ou d’attraper un virus sera élevé. Notez que l’on dénombre environ une centaine de virus qui peuvent occasionner un rhume voire un refroidissement. Ces virus, comme pour toute infection virale, sont fortement contagieux. Il suffit que quelqu’un d’enrhumé éternue et que les particules virales soient respirées dans l’air ou encore de serrer la main d’une personne malade qui vient par exemple de se moucher sans avoir pris la peine de se laver les mains pour être contaminé. A ce titre, les poignées de porte, les robinets, les claviers d’ordinateur, les gsm, les clés sont de grands vecteurs de contamination.
Vous serez contaminé si vous n’avez pas suffisamment d’anticorps pour être armé contre ce type de virus mais vu le nombre de virus qui peuvent entrer en lice, il convient de parler de hasard et d’une bonne immunité en général. Stress, fatigue, certains médicaments, des carences en vitamines et minéraux, la dépression, certaines pathologies ou encore de l’anémie peuvent affaiblir les défenses immunitaires.

Il est très difficile d’être immunisé contre toutes les formes virales. De plus, il se peut que vous souffriez d’un rhume et que lorsque cette première phase est passée que vous souffriez d’une seconde attaque virale…et ce, tout simplement car il s’agira de 2 virus différents. Un remède miracle contre le rhume n’existe pas : antalgiques, gouttes nasales décongestionnantes, boissons chaudes… aident sans oublier le repos ! La prise de vitamines C pourrait réduire de 24 à 48h la durée des symptômes mais pas davantage ! Aucune preuve scientifique n’atteste du bien-fondé de la prise de vitamine C en cas de refroidissement. Il faut surtout éviter qu’un rhume ne se dégrade en rhino-pharyngite, en bronchite ou qu’il ne donne lieu à d’autres affections respiratoires plus sévères. Le rhume étant engendré par un virus, la prise d’antibiotiques n’aide en rien!

Vous pouvez éventuellement avoir recours à des antalgiques, de préférence du paracétamol pour lutter contre la fièvre et la sensation de malaise, à des gouttes nasales décongestionnantes mais durant une période limitées car après plus de 8 jours d’utilisation, elles peuvent endommager les muqueuses nasales. Afin de libérer le nez bouché, il convient de faire des inhalations de vapeur d’eau chaude : prenez pour ce faire une cuvette remplie d’eau bouillante (avec éventuellement quelques gouttes d’essence d’eucalyptus) et procédez avec une serviette sur la tête à des inhalations.
Il convient également de bien hydrater la peau sous le nez et les lèvres notamment à l’aide de vaseline ou de beurre de cacao afin d’éviter les irritations ou gerçures douloureuses.


publié le : 09/02/2011 , mis à jour le 18/03/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci