La volonté d’arrêter de fumer se voit dans le cerveau

Dernière mise à jour: février 2016 | 3741 visites
sigaret-rook-170_02.jpg

news Même si un fumeur affirme qu’il veut arrêter, la meilleure manière de savoir s’il en a vraiment la volonté passe par un scanner du cerveau.

Une expérience conduite à l’initiative de l’Association américaine de psychologie a cherché à mesurer par scanner l’activité d’une certaine partie du cerveau (le cortex préfrontal médian) chez des fumeurs (souhaitant arrêter) lorsqu’ils étaient soumis à des messages les incitant à abandonner le tabac.

L’importance de la consommation tabagique a été mesurée par le volume de monoxyde de carbone expiré le jour de l’expérience, et un mois après l’exposition à ces messages. Dans le même temps, chaque participant devait s’auto-évaluer sur sa volonté d’arrêter de fumer.

Le résultat est très clair : l’activité dans le cortex préfrontal permet de prévoir, de manière bien plus concluante que l’auto-évaluation, la probabilité d’abandon de la cigarette. Les chercheurs en concluent que la mesure de l’activité neuronale présente un intérêt prédictif du comportement de l’individu largement supérieur à sa propre évaluation de la volonté de réussir. Problème : cette technologie présente un coût financier important, et il est difficilement envisageable qu’elle devienne accessible au plus grand nombre.


publié le : 05/05/2011 , mis à jour le 10/02/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci