ad

Ados : souffrir de sa « différence »

Dernière mise à jour: novembre 2013 | 3400 visites
psyche-tiener-170_400_07.jpg

news Quatre adolescents sur dix affirment se sentir « différents ». Cela peut être une source de richesse sociale, mais aussi de souffrance personnelle.

La « différence » ne doit pas forcément être comprise dans un sens négatif, puisqu’une frange importante des ados estime que la richesse d’une société repose précisément sur cette diversité. Toutefois, comme le montre une enquête réalisée en France, la « différence » se traduit souvent, à titre personnel, par de l’incompréhension, un mal-être, voire un rejet.

Réalisé sous les auspices du ministère de l’Education nationale et de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), ce sondage indique que les adolescents qui se sentent « différents » - quatre sur dix mettent cette réalité à l’avant-plan – sont nombreux à avoir été exclus du groupe (44%), à présenter des complexes physiques (60%, surtout par rapport au poids), à s’être sentis « sous pression » (70%) ou à s’être demandé s’ils étaient « normaux » (60%).

S'intégrer au groupe


Ces sentiments les poussent à rechercher la conformité pour s’intégrer au groupe, mais également à adopter des comportements à risque ou des attitudes provocatrices pour générer une attention « positive » de la part des « autres ». La consommation de drogue et d’alcool est nettement plus fréquente parmi ces jeunes, tout comme la propension aux « défis » potentiellement dangereux.

Les auteurs de cette enquête estiment que des actions concrètes et ciblées doivent être mises en œuvre afin d’aider ces ados à surmonter ces difficultés, et les comportements néfastes qu’elles engendrent.

Source: Inserm (www.inserm.fr)
publié le : 06/08/2011 , mis à jour le 05/11/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci