Le stérilet directement après une IVG

Dernière mise à jour: novembre 2013 | 13518 visites
Ac-spiraal-170_400_07.jpg

news La pose d’un stérilet dans les minutes qui suivent une IVG est sans danger et efficace pour prévenir le risque de nouvelle grossesse non désirée.

L’étude, réalisée à l’initiative d’une équipe de l’Oregon Health and Science University, a été conduite auprès d’un groupe de quelque 600 femmes (âgées de 18 ans et plus) admises pour une interruption volontaire de grossesse (IVG) dans quatre centres universitaires américains.

Elles ont été réparties en deux groupes : chez les unes, un dispositif intra-utérin (DIU) a été placé dans les quinze minutes qui ont suivi l’IVG, alors que chez les autres, cela a été le cas deux à six semaines plus tard.

Premier point : le risque d’expulsion du stérilet posé immédiatement après l’IVG existe, mais n’est pas beaucoup plus significatif lorsqu’on le compare à un placement différé.

Deux : après un suivi de six mois, les femmes qui ont bénéficié de la pose directe du DIU n’ont pas enregistré d’effets indésirables graves.

Trois : dans ce groupe, aucune grossesse n’a été déclarée durant cette période, et 90% des dames portaient toujours leur stérilet. Par contre, dans le groupe « insertion différée », cinq femmes ont notifié une grossesse non désirée, sachant qu’elles n’étaient plus que 77% à avoir continué à utiliser le stérilet, alors que celles qui l’ont abandonné ont tendance à recourir à une méthode de contraception moins efficace, voire pas de contraception du tout.

« Nos données ajoutent à la quantité croissante de preuves scientifiques démontrant que les DIU sont sans danger et très efficaces. Ces résultats indiquent aussi que lorsqu’après une IVG, on demande aux femmes de revenir plus tard pour la pose d’un stérilet, ceci accroît inutilement le risque de grossesse non désirée », indiquent les chercheurs.

Source: The New England Journal of Medicine (www.nejm.org)
publié le : 25/07/2011 , mis à jour le 18/11/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci