ad

Le score d’Apgar, prédictif de l’hyperactivité ?

Dernière mise à jour: août 2012 | 4778 visites
oz-pasgeb-sstet-170_400_09.jpg

news Un score d’Apgar inférieur à sept, à cinq minutes, est associé à une probabilité nettement accrue de développer, durant l’enfance, un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Rappelons d’abord que le score d’Apgar évalue, à la naissance, cinq éléments essentiels : la fréquence cardiaque, les mouvements respiratoires, la coloration de la peau (traduisant la teneur du sang en oxygène), le tonus musculaire, ainsi que les réactions aux stimulations externes. Chaque élément est noté de zéro à deux ; la « normale » se situant entre sept et dix.

Des chercheurs danois ont donc conduit une étude visant à déterminer si un score d’Apgar bas pouvait jouer un rôle spécifique dans le développement ultérieur d’un TDAH. Pour cela, les spécialistes se sont basés sur une série de banques données, portant au total sur près d’un million d’enfants, nés entre 1988 et 2001. Dans un article publié par la revue « Journal of Pediatrics », ils indiquent d’abord qu’une incidence plus élevée de cas a été notée dans les situations suivantes : enfant de sexe masculin, retard de croissance intra-utérine, mères les plus jeunes, niveau socio-économique bas, et antécédents psychiatriques parentaux.
Concernant le score d’Apgar (à cinq minutes), il s’est avéré que les bébés qui avaient présenté un résultat compris entre un et quatre s’exposaient à un risque de TDAH accru de 75% par rapport aux enfants dont le score était de neuf ou dix. La probabilité s’accroît de 63% avec un score de cinq ou six. Le Pr Jean-Jacques Baudon indique, pour le Journal international de Médecine : « Il est possible que ces deux anomalies partagent une cause commune, ou que le score d’Apgar bas soit l’un des facteurs conduisant au TDAH ».


publié le : 11/11/2011 , mis à jour le 13/08/2012
ad
pub