Dépistage systématique du sida aux urgences ? Inutile !

Dernière mise à jour: juin 2012 | 3938 visites
man-bloed-geven2-170_400_05.jpeg

news Des chercheurs français affirment que l’organisation d’un test de dépistage du VIH pour tous les patients admis dans les services d’urgence n’apporterait pas grand-chose.

Le dépistage précoce d’une infection au VIH, avec la mise en œuvre d’une thérapie médicamenteuse, joue un rôle-clé dans le contrôle de l’épidémie, et permet de réduire la mortalité liée au sida dans des proportions considérables. Dans ce contexte, « pour faire baisser le nombre d’infections non diagnostiquées et améliorer la détection précoce, le dépistage par test rapide du VIH dans les établissements de soins a été promu dans plusieurs pays, les Etats Unis, le Royaume-Uni, et plus récemment la France », indique une équipe de chercheurs attachés à l’Agence nationale française de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS).

Des groupes à risque connus

« En France, parce qu’on estime que 25% des habitants vont aux urgences dans l’année, ce terrain s’avère idéal pour évaluer le principe du dépistage non ciblé » (autrement dit, systématique), poursuit l'ANRS. Une étude a donc été réalisée dans une trentaine de services d’urgence, durant six semaines consécutives pour chacun d’entre eux. Quelque 13.000 patients, hommes et femmes confondus, âgés de 18 à 64 ans, ont accepté de se soumettre au test VIH.

Au total (les résultats sont publiés dans la revue « Archives of Internal Medicine »), 0,14% des participants – moyenne d’âge de 33 ans - ont été diagnostiqués positifs au VIH. Et parmi ceux-ci, 67% ont rapporté un précédent dépistage (sur base spontanée), remontant en moyenne à un an. Enfin, 94% des patients positifs au VIH font partie de groupes à risque connus.

En conclusion, les auteurs observent que si ce dépistage permet de couvrir un grand nombre de personnes, il ne semble identifier que peu de nouveaux diagnostics, et souvent déjà à un stade tardif, et auprès de patients à haut risque déjà dépistés auparavant.


publié le : 11/01/2012 , mis à jour le 12/06/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci