ad

Chirurgie de l’obésité : perdre du poids, mais pas seulement !

Dernière mise à jour: juin 2012 | 4329 visites
drs-chir-op-170_400_10.jpg

news La chirurgie bariatrique diminue considérablement le risque de souffrir d’un accident cardiovasculaire. L’importance de la perte de poids n’est pas forcément primordiale.

L’obésité étant identifiée comme un facteur de risque majeur de maladie cardiovasculaire, on comprend aisément qu’une perte de poids puisse intervenir de manière (très) bénéfique. Des chercheurs suédois, attachés à l’université de Göteborg, ont dressé le bilan, au terme d’un suivi de quinze ans, avec comparaison entre des obèses sévères traités ou non par chirurgie bariatrique (by-pass, anneau gastrique…).

Le résultat (détaillé dans le journal de l’Association médicale américaine, le Jama) est spectaculaire : l’incidence des décès d’origine cardiovasculaire est réduite de 53% parmi les sujets opérés, avec une diminution tout aussi notable des événements cardiaques non mortels. Mais ces spécialistes posent aussi un constat – relativement – inattendu.

Les bénéfices doivent l'emporter sur les risques

Il apparaît en effet que ce ne sont pas forcément les patients les plus obèses (sur base de l'IMC de départ), et/ou ceux qui ont perdu le plus de poids après la chirurgie, qui tirent le plus grand avantage de l’intervention. En l’occurrence, le critère qui « fait » la différence la plus remarquable (mais pas exclusive, précisons-le), c’est le degré d’insulino-résistance ; le processus qui prépare le terrain au diabète de type 2.

Ainsi que le commente le Dr Boris Hansel, pour le « Journal international de médecine » (JIM), au regard de ces observations « l’IMC pourrait à l’avenir ne plus être le critère principal sur lequel une indication opératoire est proposée ». En outre, à l’instar d’autres travaux, il se confirmerait que la chirurgie bariatrique induit des effets bénéfiques indépendants de la perte de poids.

Ceci étant, conclut le Dr Hansel, « dans l’immédiat, nous sommes rassurés sur l’intérêt de la chirurgie bariatrique à long terme. Mais ces données ne nous permettent pas de passer outre les recommandations qui préconisent, pour le moment, la chirurgie bariatrique uniquement dans des situations d’obésité sévère, où il est raisonnable de penser que les bénéfices l’emportent sur les risques ».

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub