ad

Agiter le cerveau pour mieux calculer

Dernière mise à jour: juillet 2012 | 4186 visites
123-tek-hers-neuron-170_07.jpg

news Suites d’un AVC, mémoire défaillante, faibles capacités de calcul… : les recherches sur les bénéfices de la stimulation cérébrale sont nombreuses.

Le principe de la stimulation transcrânienne consiste à appliquer, à l’aide d’électrodes, de faibles courants électriques durant une courte période, afin de modifier l’activité de la région cérébrale visée. A l’occasion d’un récent congrès de spécialistes en neurosciences, une série d’axes de recherches ont été présentés. Retenons-en trois, rapportés par Santé Log.

L’accident vasculaire cérébral. Une frange significative des patients victimes d’un AVC souffre de (lourdes) difficultés d’élocution. Une équipe de l’University College London a démontré que la stimulation cérébrale accélérait les progrès enregistrés par la réadaptation orthophonique. Les chercheurs précisent que les résultats sont probants, mais que la technique ne convient pas à tous les patients. Ils ajoutent aussi qu’elle peut bénéficier aux personnes âgées présentant des difficultés d’expression orale.

La mémoire. L’université de Sao Paulo (Brésil) conduit des travaux sur les effets positifs potentiels de la stimulation intracrânienne sur la mémoire de patients souffrant de la maladie d’Alzheimer.

La numératie. C’est-à-dire la capacité à comprendre et à utiliser des données mathématiques. Un chercheur de l’université d’Oxford (Grande-Bretagne) considère que la stimulation cérébrale peut contribuer à améliorer, sur le long terme, les compétences de calcul des personnes qui rencontrent de grosses difficultés sur ce plan.

Des perspectives prometteuses, à l’évidence.


publié le : 27/07/2012 , mis à jour le 26/07/2012
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci