Comment bien soigner une plaie

Dernière mise à jour: juillet 2012 | 337059 visites

dossier Les occasions ne manquent pas de devoir jouer « à l’infirmière » pour soigner une plaie. Une écorchure en jardinant, une coupure avec un couteau de cuisine, une éraflure en chutant de vélo, une entaille dans le doigt avec un sécateur... : une plaie, même minime, mérite toujours la plus grande attention et doit être soignée dans les meilleurs délais. Un simple bobo peut tourner à la grosse catastrophe. Toute plaie doit être désinfectée, afin de prévenir le risque d'infection. Enduire la plaie de salive - surtout si ce n’est pas celle de la personne blessée - est contre-indiqué.

Plaie superficielle ou profonde ?

La douleur n’est pas un élément déterminant : une coupure avec une feuille de papier entre deux doigts peut se révéler plus douloureuse qu'une plaie profonde au bras. Il en va de même pour le saignement : en certains endroits, le corps saigne plus abondamment qu'en d'autres. Cela ne signifie pas pour autant que la plaie soit plus profonde.

La plaie superficielle

Par plaie superficielle, on entend une simple abrasion de la peau, une écorchure, une légère coupure ou une égratignure. Elle sera superficielle lorsqu’elle n’a pas été occasionnée par un objet contondant et qu’elle est peu étendue : la surface touchée sera inférieure à la taille de la paume d’une main d'adulte. Vous pourrez sans problème juguler le sang et traiter la blessure. N’oubliez cependant jamais qu’une plaie même superficielle peut donner lieu à une infection.

La plaie (plus) profonde

En désinfectant la plaie, elle peut se révéler plus profonde qu'il n'y paraît, notamment en cas de coupure nette avec un objet pointu. Si les berges de la plaie laissent entrevoir une blessure de 3-4 mm de profondeur, on réduira le saignement en appliquant des compresses stériles ou en apposant, après désinfection, des bandelettes adhésives de type Steri-strip, pour rapprocher les berges de la plaie. Il s’agira ensuite de protéger la plaie avec un pansement. Ces "strips" resteront en place durant au moins cinq jours.

Face à une plaie plus profonde et/ou plus étendue, le médecin pratiquera des points de suture ou posera des agrafes. Dans les cas graves, une intervention chirurgicale s'imposera.

Comment désinfecter une plaie ?

123-ongeval-wonde-been-170_07.jpg
Que vous procédiez sur vous-même ou que vous veniez en aide à un blessé, d'abord et avant tout, toujours se laver les mains méticuleusement, en frottant bien chaque doigt avec du savon.

En présence de corps étrangers incrustés, comme des graviers, de la terre, une écharde, des brindilles, de l’herbe, enlevez-les délicatement à l'aide d'une pince à épiler passée préalablement sous l'alcool ; ou alors à la flamme d'un briquet ou d'une allumette.

• Rincez la plaie à l'eau claire et tiède.

• Nettoyez ensuite les contours avec du savon (idéalement de Marseille sans parfum) ou avec une solution nettoyante comme par exemple du Cetavlon. N'utilisez surtout pas de coton hydrophile ou d'ouate, qui laissent des fibres sur la plaie.

• Ne frottez pas la plaie mais tamponnez-la avec un désinfectant ou un antiseptique neutre, incolore de préférence.

• Evitez l'alcool, qu'il soit dénaturé ou pas. En effet, l'alcool entraîne non seulement une douleur vive à l'application, mais risque aussi de détériorer les cellules cutanées et ainsi ralentir le processus de cicatrisation.

• Evitez - en première instance - les désinfectants colorés (éosine, anciennement Mercurochrome, iso-Betadine, etc.), car leur coloration risquerait de masquer un éventuel corps étranger. Vous pourrez les utiliser par la suite pour leur pouvoir asséchant et cicatrisant.

Une compression ?

Une plaie superficielle doit être tamponnée avec une compresse stérile, sachant qu'il ne faut jamais frotter, au risque d'aggraver la lésion (sans même parler de la douleur occasionnée).

Si la plaie saigne beaucoup, il conviendra de procéder à une compression à l'aide de coton stérile ou d'un linge (propre), afin de juguler l'hémorragie.

Si après dix à quinze minutes, les saignements persistent, ou si le sang s'écoule par jets, direction les urgences, tout en maintenant la compression.

L'application d'eau oxygénée permet d'obtenir un effet coagulant.

Comment nettoyer la plaie ?

La plaie se nettoie depuis le centre vers les bords, en tapotant à l'aide d'une compresse stérile ou d’un linge propre, et en débordant largement avec le produit désinfectant. Il vaut mieux en mettre trop que pas assez, et permettre ainsi d'éliminer radicalement les saletés.

En procédant en sens inverse, soit de la périphérie de la plaie vers le centre, cela risquerait de rabattre des agents infectieux.

Et si une plaie qui saigne doit évidemment être traitée (d'autant plus rapidement et énergiquement que le flux est important), l'écoulement sanguin n'est pas forcément un mal en soi, puisqu'il permet d'évacuer certaines impuretés.

Quand y a-t-il urgence ?

• Toute plaie importante de la main ou des doigts, même si le saignement paraît maîtrisé, nécessite l'avis d'un médecin.

• Une plaie au thorax, à l'abdomen, à l’œil, à la tempe ou touchant une articulation exige un avis médical rapide.

En cas de sectionnement, enveloppez dans un linge propre, qui sera placé dans un sac en plastique, à son tour déposé dans un récipient contenant des glaçons. Attention : ne jamais mettre la partie sectionnée en contact direct avec la glace.

• Il est prudent de s'assurer que la vaccination contre le tétanos est à jour. Dans le cas contraire, un rappel sera nécessaire. Le vaccin antitétanique doit être renouvelé tous les dix ans, mais le médecin peut néanmoins décider d'un rappel préventif, même si la blessure survient moins de dix ans après le dernier rappel.

• Les diabétiques et les patients souffrant de problèmes circulatoires ou de coagulation sanguine consulteront un médecin en cas de plaie même (relativement) peu profonde.

Comment protéger une plaie ?

123-kind-wonde-vinger-verband-170_07.jpg
Protégez la plaie à l'aide d'un pansement si elle risque d'être exposée à de la saleté, à de l'acidité, à des produits chimiques ou de frotter contre un vêtement. Sinon, laissez la blessure cicatriser à l'air libre, en sachant néanmoins que contrairement à une idée reçue, l'écorchure cicatrisera plus vite dans l'humidité d'un pansement.

Quand une croûte se formera, ne la grattez pas : elle protège la plaie contre les impuretés.

Sauf indication médicale, le pansement ne doit pas être renouvelé trop souvent, car cela risquerait de ralentir la cicatrisation (certains types pansements permettent d'ailleurs de l'accélérer).

A surveiller

Si les bords de la plaie sont irréguliers ou déchiquetés, si vous constatez l'apparition de rougeurs et d'un œdème autour de la blessure, si un corps étranger (écharde, terre, sable) reste enchâssé dans la plaie, si un liquide épais s'en écoule ou encore s’il y a présence de pus, un avis médical est nécessaire.


publié le : 26/07/2012 , mis à jour le 25/07/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci