ad

Alzheimer : le sens des mots, un indice important

Dernière mise à jour: mai 2013 | 3572 visites
ouder-koppel-senior-200_560_05.jpg

news L’un des axes majeurs de la recherche sur les démences séniles concerne l’identification très précoce du développement de la maladie.

Les spécialistes disposent de divers recours, relevant en particulier de l’imagerie médicale (avec exploration du cerveau) et des analyses biochimiques (pour détecter la présence de marqueurs spécifiques des troubles neurodégénératifs). Toutefois, il serait important de développer des outils qui puissent intervenir à un stade précoce. L’évaluation de la « mémoire sémantique » s’inscrit dans cette perspective. De quoi s’agit-il ? De notre bagage de connaissances qui nous permettent de percevoir la signification d’un mot, d’une idée, d’un fait…, sans qu’il soit indispensable de nous fournir des indices précis.

Une plus grande vulnérabilité

Or, il s’avère, explique cette équipe de l’université de Californie (San Diego), que cette mémoire sémantique est altérée très tôt dans la maladie d’Alzheimer. Cela peut être illustré par un test : les patients Alzheimer rencontrent beaucoup plus de difficultés à trouver des mots dans une même catégorie sémantique (par exemple plusieurs noms d’animaux) qu’à donner des mots commençant par la même lettre (mettons le A). Dans la seconde situation, ils disposent d’un indice, d’un repère facilitant grandement la tâche, ce qui est nettement moins le cas dans la première. Ceci a des implications en termes de diagnostic, mais explique aussi des altérations importantes de la vie quotidienne.

Comme l’indique le Dr Alain Cohen (Journal international de médecine), « de nombreuses activités de tous les jours exigent des connaissances sémantiques, comme la composition d’un numéro de téléphone ou la planification d’un trajet. L’auteur de ces recherches met en avant une conséquence se rapportant à l’argent : l’incompréhension de la valeur des actifs ou de la signification de termes contractuels peut rendre les patients, atteints de ces troubles cognitifs légers avec altération de la mémoire sémantique, vulnérables aux abus ou aux fraudes ».

[Source : The American Journal of Psychiatry]


publié le : 04/05/2013 , mis à jour le 03/05/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci