Maladie de Lyme : les tiques sont dopées

Dernière mise à jour: novembre 2013 | 11559 visites
teek-voor-na-bloed-170_400_05.jpg

news Les tiques porteuses des bactéries provoquant la maladie de Lyme sont plus résistantes que leurs congénères saines. Un vrai souci.

Comme l’explique cette équipe de l’université de Neuchâtel, citée par le quotidien suisse Le Temps, « les tiques Ixodes ricinus – l’un des principaux vecteurs de la maladie de Lyme en Europe – sont a priori très sensibles à la sécheresse. Elles se posent sur la basse végétation dans l’attente de mordre un animal ou un humain. Mais elles doivent régulièrement descendre au sol pour s’hydrater. Ces déplacements consomment leurs réserves de graisse et donc d’énergie. En outre, cela diminue leurs chances de trouver un hôte ».

Les chercheurs ont constaté que lorsqu’elle est infectée par la bactérie Borellia (l’agent de la maladie de Lyme), la tique s’acclimate mieux à la sécheresse et peut demeurer plus longtemps dans un endroit sec, alors qu’il apparaît aussi qu’elle présente une plus importante densité graisseuse. « Ces observations suggèrent que les bactéries sont assimilables à un produit dopant pour les tiques, qui deviennent plus résistantes dans leur environnement », poursuit Le Temps.

Les spécialistes soulèvent la question de l’impact, présent et à venir, du réchauffement climatique dans ce contexte.


publié le : 22/11/2013 , mis à jour le 21/11/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci