ad

Votre enfant ment bien ? C'est qu'il a une bonne mémoire !

Dernière mise à jour: août 2015 | 5820 visites
123-p-kind-meisje-glimlach-170-5.jpg

news Les enfants qui mentent « bien » sont aussi ceux qui présentent une meilleure mémoire verbale, c’est-à-dire la capacité à retenir les mots.

Comme l’expliquent ces chercheurs britanniques (université de Sheffield), « nous savons qu’en moyenne, un adulte ment approximativement pendant un cinquième du temps lorsqu’une conversation dure au moins dix minutes. Pour notre part, nous nous sommes demandés pourquoi certains enfants étaient capables de raconter plus de bobards que les autres. La suite de nos travaux consistera à déterminer comment et pourquoi les enfants commencent à mentir, et dans quelle mesure cela perdure à l’âge adulte ».

Ces expériences-ci ont réuni des enfants âgés de 6 et 7 ans. Installés seuls dans une pièce, on leur a présenté des cartes figurant des héros de dessins animés. Un membre de l’équipe leur a expliqué que des questions leur seraient posées sur ces personnages, que les réponses se trouvaient au dos des cartes, mais qu’ils ne devaient pas les regarder. Prétextant une tâche urgente, l’adulte est sorti de la pièce, laissant l’enfant seul, filmé par une caméra cachée.
Un enfant sur quatre a triché, certains l’ont nié mordicus, d’autres l’ont avoué. Tous ont ensuite participé à une séance visant à déterminer leur capacité à raconter une histoire (plus ou moins) crédible, destinée à dissimuler un mensonge. Troisième étape : un test de mémoire verbale (faculté à retenir une série de mots) et visuelle (emplacement de divers objets).

En recoupant tous les résultats, il s’avère que les enfants qui mentent le mieux sont aussi ceux qui présentent une meilleure mémoire verbale. Concernant la mémoire visuelle, on ne note pas de différences significatives. Les auteurs expliquent : « Ceci ne justifie évidemment pas le mensonge, et ce comportement doit être corrigé, mais indique que la capacité à bien mentir repose sur certaines compétences, en termes d’attention, de réflexion et de mémorisation. Naturellement, les parents n’apprécient pas du tout que leur enfant mente, mais ce qu’on peut leur dire pour mettre un peu de baume au cœur, c’est que lorsque l’enfant ment bien, c’est qu’il développe de bonnes facultés mentales ».

Source: Journal of Experimental Psychology : Human Perception and Performance (www.apa.org/pubs/journals/x)
publié le : 09/09/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci