Beauté d’un visage : pourquoi nos avis sont-ils si différents ?

Dernière mise à jour: décembre 2015 | 5821 visites
123-gezicht-schoonheid-cosmet-12-14.jpg

news Les traits d’un visage sont perçus de manière (très) différente : alors que les uns les trouveront attractifs, d’autres les jugeront négativement. La question est de savoir pourquoi.

Génétique, environnement, culture, expériences personnelles… : dans quelles mesure ces paramètres interviennent-ils ? Une équipe américaine (université de Harvard) s’est spécialisée dans ce domaine. Dans cette étude-ci, les chercheurs ont spécifiquement évalué la part de la génétique. Pour cela, ils ont constitué un groupe de quelque 1.500 participants (autant d’hommes que de femmes) : 600 jumeaux monozygotes (« vrais » jumeaux, partageant le même patrimoine génétique), 200 jumeaux dizygotes (« faux » jumeaux, patrimoine génétique différent) et 700 non-jumeaux. Tous ont visionné deux cents photos de visages (voir une sélection ci-dessous), à noter de 1 à 7, c’est-à-dire de pas attractif à très attractif.

Si la génétique était prépondérante dans l’appréciation, les résultats auraient été identiques, ou en tout cas très proches, entre les vrais jumeaux. Or ce n'est pas le cas, puisque pour la moitié des paires de jumeaux, les avis étaient significativement différents. Si l’influence de l’environnement socio-familial primait, les faux jumeaux auraient marqué à peu près les mêmes préférences : il n’en est rien non plus (ici aussi, les appréciations diffèrent dans 50% des cas).

En fait, les jumeaux, monozygotes et dizygotes, réagissent globalement comme les non-jumeaux. Ceci donne à penser que l’attirance pour tel ou tel visage repose avant tout sur l’expérience personnelle, sur le parcours individuel, ponctué de rencontres sentimentales et amicales, de lectures, de films, d’espoirs, de joies et de déceptions… La génétique intervient sans doute, mais elle n’est pas déterminante, et elle est clairement modulée par les circonvolutions de l’existence. D’ailleurs, un visage que l’on aurait trouvé peu attirant à une certaine période de la vie peut être perçu différemment à une autre, et inversement.

BeautéVisages.jpg

Source: Current Biology (www.cell.com/current-biolog) via Sciences et Avenir
publié le : 28/12/2015 , mis à jour le 27/12/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci