Smartphone : fans de photos, faites-vous plaisir !

Dernière mise à jour: septembre 2016 | 5951 visites
123-smartphone-foto-8-22.jpg

news Beaucoup pensent que le fait de « mitrailler » avec son appareil photo nuit au vécu immédiat, à l’intensité de l’expérience « en direct », notamment lors d'un voyage. Ce ne serait pas vraiment le cas.

Ces tests réalisés par une équipe américaine (université de Californie du Sud) ont consisté en une dizaine de séances en laboratoire et sur le terrain : bus touristique, promenade dans la nature, visite d'un musée, dîner dans un restaurant… L’intention consistait à déterminer si le fait d’autoriser les participants à prendre autant de photos qu’ils le souhaitaient avec leur smartphone nuisait ou non au plaisir du moment.

Et contrairement à ce que l’on pouvait supposer, il apparaît que l’utilisation de l’appareil photo ne provoque pas une sorte de détachement, mais au contraire renforce l’engagement de la personne. Ceci a ainsi observé pendant le parcours en bus touristique : lorsque les participants étaient autorisés à photographier, ils ont exprimé davantage de plaisir, en particulier parce qu’ils se sentaient plus engagés, plus attentifs, plus concernés par l’environnement, à la recherche du meilleur cliché : leur attention visuelle est renforcée, ils ont le sentiment d’en voir davantage, de participer plus pleinement. Même chose lors de la visite du musée ou de la balade dans un parc.

En fait, indiquent les chercheurs, le fait de prendre des photos - quand on aime ça ! - augmente le plaisir ressenti pendant une expérience positive (ils ont aussi constaté cela lors d’un dîner, quand les convives ont pu prendre des photos des plats). Mais il y a une nuance : lorsque la prise de photos est ressentie comme interférant avec l’expérience, le plaisir est moins fort, surtout quand l’expérience est vécue en soi comme fortement plaisante. Alors, les photos ne font plus le même effet, elles n’ajoutent plus autant à l’engagement et au plaisir, et risquent même de les altérer. Il s'agit donc de choisir son moment. On notera aussi que lors d’une expérience négative, la prise de photos la rend encore plus déplaisante.

En d’autres termes, estiment ces spécialistes, quand les circonstances s’y prêtent, le phénomène d’engagement associé aux photos augmente le bien-être, encore davantage sans doute lorsqu’elles sont ensuite publiées sur les réseaux sociaux et… « likées ».

Source: Journal of Personality and Social Psychology (http://www.apa.org/pubs/jou)
publié le : 02/09/2016 , mis à jour le 01/09/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci