ad

3 questions sur les compléments alimentaires

Dernière mise à jour: avril 2020 | 5564 visites
123-pil-supplem-fruit-funct-food-viatm-12-16.jpg

news Les ventes de compléments (suppléments) alimentaires sont en hausse constante. A quoi correspondent-ils, sont-ils réellement nécessaires et agissent-ils de manière bénéfique pour la santé ?

Qu'est-ce qu'un complément alimentaire ?

Il s'agit de substances disponibles sans prescription médicale en pharmacie, parapharmacie, en magasin bio ou diététique. Elles se présentent sous forme de gélules, de comprimés, d'ampoules, de capsules ou encore de sachets. Le complément alimentaire fournit des vitamines, des minéraux, des nutriments, des oligoéléments, par ailleurs présents dans les aliments. Certains compléments alimentaires se composent spécifiquement et uniquement d'une vitamine ou d'un minéral dont l'organisme peut être carencé : vitamine B12, fer, magnésium, zinc, vitamine D, cuivre...

Pour une meilleure santé ?

Dans la très grande majorités des cas, une alimentation variée et équilibrée fournit l'essentiel des nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme. Il existe des exceptions, comme la vitamine D, dont la production est liée à une exposition suffisante à la lumière du soleil. Certains comportements alimentaires, de type végétalien ou vegan, exposent à des carences (vitamine B12). Des situations particulières, comme la grossesse, nécessitent des supplémentations (pensons à l'acide folique, ou vitamine B9).

Des effets thérapeutiques ?

Un complément alimentaire n'est pas un médicament. On ne peut donc pas lui attribuer d'effet thérapeutique. Toutefois, en cas de carence (diagnostiquée par une analyse de sang) ou de maladie ou de trouble de santé, la prise d'un complément alimentaire peut être utile, voire nécessaire. Parlez-en avec votre médecin.

Voir aussi l'article : Médicaments et compléments alimentaires : prudence

Source: Barbara Simon
publié le : 21/04/2020 , mis à jour le 20/04/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci