ad

Risque cardiovasculaire, oméga-3 et huile de poisson

Dernière mise à jour: juin 2020 | 20029 visites
123-visolie-suppl-omega3-170_05.jpg

news La consommation de compléments alimentaires à base d’huiles de poissons, riches en oméga-3, protégerait contre le risque de maladie et d’accident cardiovasculaire.

On sait que les poissons gras (saumon, hareng, sardine…) sont des sources majeures d'oméga-3, et que ces acides gras polyinsaturés présentent des bienfaits importants pour la santé, en particulier cardiovasculaire. Question : les compléments alimentaires à base d’huile de poisson ont-ils un intérêt ?

D'abord les aliments, puis les compléments


Une équipe chinoise (université de Guangzhou) a réalisé une analyse approfondie des données de suivi d’un demi-million de Britanniques âgés de 40 à 69 ans à l’entame. L’objectif consistait à étudier l’association entre la prise régulière de compléments à base d’huiles de poissons et le risque cardiovasculaire. Ainsi que l’explique en substance le Dr Roseline Péluchon (Journal international de médecine), « la consommation de ces suppléments est bien associée à une réduction significative du risque de maladie et de mortalité cardiovasculaire ». Ce résultat est indépendant de paramètres comme l’âge, l’indice de masse corporelle (IMC), la consommation de fruits et de légumes, d’alcool et de tabac, ou la pratique d’une activité physique. L’effet protecteur apparaît supérieur chez les personnes présentant une hypertension artérielle.

Plusieurs mécanismes sont proposés pour expliquer cet effet des oméga-3, en premier lieu une action bénéfique sur la pression artérielle, le taux de triglycérides et le rythme cardiaque. Des propriétés anti-inflammatoires pourraient aussi contribuer à ce rôle préventif, note encore le Dr Péluchon. Faut-il pour autant se ruer sur les compléments ? L’intégration dans l’alimentation des sources naturelles d’oméga-3 devrait suffire à assurer les apports nécessaires. Mais si ces aliments manquent, les compléments pourraient compenser. En tout état de cause, il est utile d’en discuter avec son médecin.

Voir aussi l'article : Oui aux oméga-3, mais qu’en est-il des oméga-6 ?

Source: BMJ (www.bmj.com)
publié le : 02/06/2020 , mis à jour le 01/06/2020
ad
pub