ad

Prend-on plus d'antidouleurs quand on est en surpoids ?

Dernière mise à jour: juin 2020 | 2560 visites
123-pil-wit-paracetamol-pijnst-09-16.jpg

news On sait que les analgésiques forts (opioïdes) peuvent engendrer une dépendance, avec des risques considérables pour la santé. Deux études récentes suggèrent que leur consommation pourrait être associée au surpoids et à l'obésité.

Les opioïdes sont des analgésiques puissants dérivés de l'opium : morphine, codéine, oxycodone, tramadol, fentanyl... Ils ne sont disponibles que sur ordonnance.

À l'origine, ces médicaments étaient indiqués pour lutter contre les douleurs sévères, mais progressivement, ils ont été de plus en plus prescrits en cas de douleurs modérées. Au-delà des effets secondaires de ces médicaments (constipation, nausées, somnolence...), l'un des gros problèmes porte sur la dépendance et le risque de surdose (volontaire ou accidentelle), qui peut déboucher sur le coma et la mort.

Quel lien avec le surpoids ?


Des études antérieures avaient mis en évidence un risque accru de douleurs chroniques en cas de surpoids et d'obésité, et elles suggéraient dès lors une probabilité plus élevée de consommer des antidouleurs opioïdes. Deux travaux récents établissent le lien.

• Selon une première étude réalisée aux Etats-Unis, les patients en surpoids ou obèses sont deux à trois fois plus susceptibles de prendre des opioïdes pendant une longue période. Entre 2000 et 2015, plus du quart (27%) des prescriptions à long terme se sont avérées être destinées aux personnes avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à ce qui est considéré comme sain.

• La seconde étude, américaine elle aussi, indique que les personnes en surpoids ou obèses prennent surtout des opioïdes contre l'arthrose et les problèmes de dos.

Les chercheurs préconisent de diversifier l'approche thérapeutique, avec plus d'options dans le choix des médicaments, une meilleure utilisation de la physiothérapie et un soutien plus actif de ces personnes dans leurs efforts pour perdre du poids.

Voir aussi l'article : Paracétamol : très efficace, mais...

Source: American Journal of Preventive Medicine (www.ajpmonline.org) et JAMA Network Open (https://jamanetwork.com/jou)
publié le : 08/06/2020 , mis à jour le 08/06/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci