ad

Maladie d'Alzheimer : causes, symptômes, traitements

Dernière mise à jour: janvier 2021 | 2926 visites
123m-hers-22-10-19.jpg

news La maladie d'Alzheimer est la forme la plus fréquente de démence, puisqu'elle regroupe 60% à 70% des cas. Plus de 95% des patients sont âgés de plus de 65 ans. Causes, symptômes, traitements : où en sont les connaissances ?

Les causes

On ignore encore comment cette maladie se développe et s'aggrave.

Les cellules nerveuses de notre cerveau et leurs connexions meurent progressivement. Au final, tout le cerveau est affecté et sa masse totale diminue de 20%.

Deux types de protéines semblent jouer un rôle dans cette neurodégénérescence.

• La protéine bêta-amyloïde s'agglutine, créant des plaques entre les cellules cérébrales et entravant la communication entre elles.
• L'agglutination de protéine tau est responsable de ce qu'on appelle des enchevêtrements dans les cellules cérébrales. L'oxygène et les nutriments ne peuvent plus être correctement transportés à travers les cellules, qui meurent.

Les symptômes

La maladie commence généralement insidieusement, avec des troubles de mémoire à court terme. Les patients rencontrent de plus en plus de problèmes d'élocution, de langage et de mémoire. Ils sont désorientés, perdent leur motivation, prennent de moins en moins soin d'eux-mêmes et ont des sautes d'humeur. Certains deviennent agressifs, d'autres sont déprimés. Ils se mettent en retrait de la vie quotidienne.

Au cours de l'évolution de la maladie, les symptômes peuvent s'aggraver et de nouveaux peuvent se développer.

Le diagnostic

Une visite dans une clinique de la mémoire ou dans un centre Alzheimer est souvent nécessaire pour poser un diagnostic sûr. Le médecin généraliste assurera l'orientation.

Un diagnostic probable ne peut être posé que sur la base d'examens médicaux neurologiques et des résultats de l'imagerie médicale, de tests cognitifs et d'analyses de sang (pour exclure d'autres maladies). Un diagnostic définitif de la maladie d'Alzheimer ne peut être posé que post-mortem, en étudiant le tissu cérébral.

Les facteurs de risque

Le principal facteur de risque est l'âge. Environ une personne sur quatre de plus de 85 ans est touchée par la maladie. Les scientifiques évoquent le rôle de la sensibilité génétique, d'une pression artérielle élevée, d'un taux de cholestérol élevé ou d'une calcification vasculaire. Dans 1% des cas, la maladie est héréditaire.

Les traitements

Il n’existe pas de traitement curatif.

La prise en charge, médicamenteuse ou non, vise principalement à réduire les symptômes et à maintenir la qualité de vie. Il est important que le diagnostic soit posé à un stade précoce, car des médicaments peuvent ralentir le développement de la maladie et neutraliser ou stabiliser les symptômes.

D'autres médicaments aident à soulager l'anxiété, l'agitation, les problèmes de sommeil, les pensées délirantes ou les hallucinations. On tente en fait de maintenir ces personnes dans leur environnement familier le plus longtemps possible. Des exercices cognitifs tels que les jeux de mots stimulent la cognition. Le soutien des proches est crucial.

La prévention

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour le confirmer, mais des aliments sains tels que les légumes, les fruits, les céréales complètes, le poisson et l'huile d'olive pourraient avoir un effet préventif.

? Conseils. Évitez de fumer, buvez peu d'alcool, prévenez le surpoids et maîtrisez l'hypertension artérielle et le taux de cholestérol. Pratiquez une activité physique régulière et faites travailler votre cerveau. Les recherches montrent également que l'isolement est néfaste : il est important de nourrir ses contacts sociaux.

Voir aussi l'article : Démence : pourquoi les bilingues sont-ils moins à risque ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub