Peut-on deviner le sexe du bébé selon la forme du ventre ?

Dernière mise à jour: octobre 2012 | 55060 visites
baby-pasgeb-170_01.jpg

news Tant que les organes génitaux ne sont pas visibles à l'échographie, la seule manière de déterminer avec précision le sexe du bébé à naître est de procéder un examen chromosomique dans le cadre d’un examen prénatal. Ce type d’examen n’est pratiqué que lorsque le fœtus s'expose à un risque accru de malformations ou de maladie génétique, pour lesquelles soit les garçons, soit les filles sont exclusivement concernés.

Une échographie pratiquée entre la 18e et la 22e semaine de grossesse permet dans la plupart des cas de déterminer le sexe de l'enfant. L’examen n’est pas certain à 100% s’il s’agit d’une fille car les organes sexuels ne sont pas toujours très clairement visibles.

A de nombreuses sources, on fait état de conseils permettant de déterminer avant la science le sexe d’un bébé. Des fadaises, en réalité. Prenons quelques exemples.

Si une femme porte son bébé « haut », alors elle donnera naissance à un fils. Et si elle porte l’enfant « bas », il s'agit d’une fille.

• Si l’on peut voir qu’une femme est enceinte en scrutant sa silhouette de dos, alors cette femme donnera naissance à une fille.

Si le ventre est en pointe, elle porte un garçon. Un ventre arrondi donnera naissance à une fillette.

• Si la femme a durant sa grossesse des envies d’aliments sucrés, alors elle attend une fille. Si elle a des envies d’aliments salés ou acidulés, alors elle donnera naissance à un garçon.

Si la femme dort sur le côté droit, elle aura une fille. Si elle dort sur le côté gauche, ce sera un garçon.

• De même si la femme met son alliance au bout d’une chaîne à la façon d’un pendule et qu’elle agite le tout au-dessus de son ventre, elle aura une fille si la bague fait des "va-et-vient" et un garçon si la bague fait des cercles.
Des affirmations sans aucun fondement scientifique.


publié le : 16/02/2011 , mis à jour le 25/10/2012
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci