ad

Wi-Fi : les testicules protègent-ils les spermatozoïdes ?

Dernière mise à jour: avril 2012 | 5383 visites
logo-wifi-170_400_01.jpg

news Une équipe américano-argentine a affirmé que les ondes Wi-Fi étaient néfastes pour les spermatozoïdes. Une thèse contestée.

L’expérience avait suscité un réel émoi. Des chercheurs argentins et américains avaient recueilli des échantillons de sperme auprès d’une trentaine de volontaires, âgés de 26 à 45 ans. La moitié des lots avaient été placés, durant quatre heures, sous un ordinateur portable connecté au Wi-Fi ; ce qui avait été épargné aux autres échantillons. Tous étaient conservés à la même température.

Ainsi qu’ils l’expliquaient dans la revue « Fertility and Sterility », les scientifiques ont observé que les prélèvements placés au contact d’un PC et du Wi-Fi contenaient 25% de spermatozoïdes inertes (80% de plus que dans l’autre groupe), alors que près de 10% des spermatozoïdes avaient subi des dommages génétiques (3% dans la seconde moitié des échantillons). En somme, le Wi-Fi altère la qualité du sperme.

Depuis, toutefois, cette affirmation a fait l’objet de débats animés. Pas mal de spécialistes considèrent en effet que cette expérience ne peut pas être considérée comme définitivement concluante, dans la mesure où les spermatozoïdes ont été exposés en dehors des testicules, qui n’ont donc pas pu jouer leur rôle protecteur contre les ondes (il en va ainsi, également, des vêtements et des sous-vêtements).

En d’autres termes, poursuivent ces contradicteurs, il est possible que les ondes Wi-Fi nuisent aux spermatozoïdes, mais il serait opportun, pour le vérifier, de conduire des expériences similaires mais cette fois avec un PC, Wi-Fi actif, situé à proximité des parties génitales du sujet. Encore faudra-t-il trouver des volontaires...

On rappellera que des études antérieures ont montré que la chaleur dégagée par un ordinateur portable posé sur les genoux augmentait sensiblement celle des testicules, avec un risque réel de dégradation du sperme.


publié le : 11/03/2012 , mis à jour le 24/04/2012
ad
pub