Ne pas mentir, c’est excellent pour la santé

Dernière mise à jour: novembre 2012 | 5630 visites
koppel-psych-170_400_08.jpg

news Eviter les mensonges améliore les paramètres de santé mentale et physique.

C’est le très étonnant constat posé par cette équipe de l’université Notre-Dame (Indiana), une institution catholique, qui a peut-être souhaité évaluer la pertinence « scientifique » de l’un des dix commandements. Les résultats de l’étude ont été présentés à l’occasion d’un congrès de l’association américaine de psychologie.

Une centaine de participants, âgés de 18 à 71 ans, ont été recrutés, et il a été demandé à la moitié d’entre eux d’essayer de ne plus proférer de mensonges pendant une période d’environ trois mois. Les autres ont fait ce qu’ils voulaient. Le résultat est assez étonnant, puisqu’il apparaît que les efforts de sincérité sont associés à une amélioration des scores de santé mentale (stress, mélancolie, déprime…), de santé physique (moins de maux de tête, par exemple) et de sociabilité. On notera que les déclarations des volontaires concernant leur honnêteté ont été vérifiées par… polygraphe (détecteur de… mensonges), on ne sait jamais.

Et comment fait-on pour ne plus ou pour moins mentir ? On développe des stratégies d’évitement. Pas sûr que cela soit préférable à un petit mensonge de temps à autre.


publié le : 12/11/2012 , mis à jour le 11/11/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci