Schizophrénie : un problème de connexion dans le cerveau

Dernière mise à jour: décembre 2013 | 4583 visites
scan-hers-dr-oz-170-400_03.jpg

news Un défaut de connexion entre deux zones du cerveau pourrait expliquer des symptômes majeurs de la schizophrénie, comme le délire et les hallucinations.

Ces deux régions, ce sont l’insula et le cortex frontal latéral. Comme l’explique le Dr Béatrice Vuaille (Le Quotidien du Médecin), « certaines régions de l’insula sont activées lorsqu’un individu est perdu dans ses pensées, par exemple lorsqu’il se remémore un fait passé. Lorsque cette activité est interrompue par un bruit fort ou par une personne qui parle à proximité, il se produit une déconnexion de l’insula et une utilisation des régions du cortex frontal, qui traite l’information externe ».

Chez les patients schizophrènes, ce changement constant de position mentale entre le monde intérieur et extérieur est perturbé. C’est du moins ce que tendent à démontrer ces recherches conduites par une équipe de l’université de Nottingham.

La difficulté à prendre du plaisir


Les spécialistes ont observé et comparé par résonance magnétique (IRM fonctionnelle) l’activité du cerveau d’une trentaine de volontaires en bonne santé et autant de patients schizophrènes. Le résultat monte qu’alors que les premiers procèdent à ce changement de position mentale sans difficultés, la schizophrénie altère considérablement ce processus.

Les auteurs avancent que « cela expliquerait pourquoi les pensées du monde interne sont perçues par ces patients comme une réalité objective externe, se manifestant par des voix, des délires et des hallucinations ». Et cela permet aussi de comprendre ces problèmes pour internaliser des plaisirs externes (apprécier une interprétation musicale, prendre goût à un événement social…). Cette observation pourrait conduire à la mise au point d’un traitement ciblé, note encore le Dr Vuaille.

Source: Neuron (www.cell.com/neuron)
publié le : 04/12/2013 , mis à jour le 03/12/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci