Que faut-il savoir sur les huiles essentielles ?

Dernière mise à jour: août 2016 | 13900 visites

dossier Les médecines alternatives couvrent un large éventail d'approches et font l’objet de nombreuses discussions, avec d'un côté les adeptes et de l’autre les sceptiques. Il n’en va pas autrement en ce qui concerne l’aromathérapie. Et même les « die-hard », les irréductibles, divergent sur le mode de fonctionnement et sur la meilleure fragrance à utiliser pour combattre telle ou telle affection.

Il existe des indices scientifiques sur les bienfaits des huiles essentielles pour combattre certains maux, en combinaison ou pas avec la médecine traditionnelle.

Ces fioles peuvent ainsi être utilisées pour améliorer la sensation de confort en cas de désagréments liés au stress, mais il existe d’autres bonnes raisons de diffuser les agréables parfums de ces huiles essentielles.

Nous donnons la parole à l’herboriste Lieve Galle (Belgique) pour qu’elle nous révèle tous les effets salutaires de l’aromathérapie.

De quoi s'agit-il ?

123-aromather-kruiden-cosm-alt-10-15.jpg
L’aromathérapie est une méthode thérapeutique qui a pour but de préserver le bien-être et la santé en recourant aux huiles essentielles. Aussi appelées huiles fugaces ou volatiles, elles sont recueillies par distillation ou par pression des feuilles, des fleurs, des graines, des écorces, des racines ou encore des pelures de fruits . Une huile essentielle est donc l’essence distillée de la plante aromatique.

Ces substances végétales fortement concentrées et parfumées peuvent influencer notre humeur et possèdent un large éventail de propriétés : certaines sont réputées pour leurs bienfaits pour la peau, d’autres pour leurs effets sur les voies respiratoires. Elles ont en commun des vertus antiseptiques.

Elles pénètrent dans l’organisme et les vaisseaux sanguins par la peau (après un mélange avec l’eau du bain ou sous forme d’huile de massage) ou par les voies respiratoires (par inhalation).

Quelle efficacité ?

• Les plantes produisent des huiles essentielles comme moyen de défense contre les champignons, les virus et les bactéries. Il s’agit de substances très performantes et efficaces qui, in vitro en tout cas (« en éprouvette »), semblent avoir des propriétés antivirales et antibactériennes sur les cellules humaines. Cette action n’a toutefois pas encore pu être démontrée in vivo.

• De plus en plus d’études scientifiques ont été menées pour évaluer les effets des huiles essentielles sur les êtres humains. Des preuves ont pu être dégagées sur les bienfaits des huiles en termes de qualité du sommeil, de lutte contre l'anxiété, ou de renforcement de la capacité de concentration

• Quelques études ont aussi montré que l’aromathérapie pouvait améliorer la qualité de vie de patients souffrant de cancer (diminution des douleurs et des nausées, état d’éveil de meilleure qualité et humeur plus sereine).

Les différentes présentations

123-bad-relax-7-12.jpg
Les huiles essentielles peuvent être utilisées de différentes manières.

Le mode d'utilisation varie non seulement en fonction de l'huile essentielle, mais aussi de l'affection que l'on souhaite combattre ou soulager. Dans la pharmacie maison, il peut être utile de répertorier ces méthodes par une lettre, afin de mieux s'y retrouver entres les fioles.

I pour Inhalation
M pour Massage
E pour Evaporation
B pour eau du Bain

Inhalation (I) : versez de l’eau chaude dans un bol, ajoutez 2 ou 3 gouttes d’huile essentielle et placez votre visage au-dessus du bol pour inhaler les vapeurs. Posez une serviette sur votre tête pour éviter que les vapeurs s’échappent. Cette méthode peut être appliquée pour dégager et désinfecter les voies respiratoires (par exemple avec du pin sylvestre ou de l’eucalyptus) et pour dilater les pores du visage (par exemple avec du géranium ou de la camomille).

Massage (M) : mélangez 20 gouttes d’huile essentielle avec 100 ml d’huile de massage de base, comme par exemple de l’huile d’amande douce, de l'huile de jojoba ou de l'huile de sésame.

Evaporation (E) : vous aurez besoin d’un évaporateur ou d’une lampe aromatique. Versez un filet d’eau dans la soucoupe de la lampe aromatique, ajoutez cinq gouttes d’huile essentielle et allumez la petite bougie à thé. Il existe aussi dans le commerce des petits appareils où l’huile essentielle est finement pulvérisée sans réchauffement.

Eau du bain (B) : versez 15 gouttes d’huile essentielle dans une tasse de crème (de soja) et mélangez bien. Ajoutez à l’eau du bain juste avant de vous y plonger. La crème servira d’émulsifiant aux gouttes d’huile. En effet, si vous versez ces huiles essentielles très concentrées pures (sans support émulsifiant) dans le bain, elles flotteraient à la surface de l’eau. Du coup, elles entreraient directement non diluées en contact avec la peau, ce qu’il vaut mieux éviter (risque de brûlure).

Quelle huile pour quel problème ?

pubSLAPENDE-DAME-WIT_170.jpg
Les douleurs musculaires et articulaires : gaulthérie (Gaultheria procumbens) (M) et romarin (Rosmarinus off. L. CT kamfer) (M).

Comme désinfectant : arbre à thé (Melaleuca alternifolia Cheel.) (M)(B)(E), ravensare aromatique (Ravensara aromatica Sonnerat)(V)(B)(E), thym jaune (Thymus vulgaris L. CT geraniol) (E)(B)(M).

La peau : camomille (Matricaria chamomilla L.), (M)(B), géranium (Pelargonium graveolens Willd.) (M)(B).

La concentration : citron (Citrus limon Burm.) (E), menthe poivrée (Mentha piperata L. var. rubescens) (E).

Les infections des voies respiratoires : cajeput (Melaleuca leucadendra L.), pin sylvestre (Pinus sylvestris L.), origan (Origanum compactum Bentham), eucalyptus (Eucalyptus radiata Sieb. Ex DC), thym jaune (Thymus vulgaris L. CT geraniol) tous (I) (E) ou (M) pour le torse.

Le burn out : pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) (E), (M) (B).

Les insomnies : lavande (Lavendula vera L.) (E)(B), feuille d’orange amère (Citrus aurantium L. ssp.amara L.) (E), bergamote (Citrus aurantium L. ssp bergamia Engler) (E).

Le stress : fleur d’oranger (Citrus aurantium L.) (M)(B), petit grain bigarade (Citrus aurantium L. ssp. Amara L.) (M), (V) (B).

Les morsures et piqûres d’insectes : lavande aspic (Lavendula latifolia Medic.) apposer pure.

La morosité, la dépression : basilic (Ocimum basilicum L.) (M)(E)(B), litsée (Litsea citrate Blume)(E).

La digestion : fenouil (Foeniculum vulgaris Mill.) (M), basilic (Ocimum basilicum L.) (M).

Le bon choix

On trouve sur le marché des tas d’huiles parfumées qui ne méritent pas de porter l’appellation « huile essentielle ». Elles ne sont en réalité qu’un ersatz bon marché du véritable produit. Dans le pire des cas, elles ont été fabriquées avec des produits chimiques et peuvent être dangereuses pour la santé !

Les substances de bonne qualité ont été récoltées avec soin, dans les règles de l’art, et conservées dans un flacon à l'abri de la lumière et de la chaleur.

Le prix constitue dans bien des cas un bon indicateur, tout comme la mention du nom botanique de la plante sur l’étiquette. La véritable huile essentielle pure coûte cher parce qu’elle nécessite une importante quantité de matière première. Pour 1 litre d’huile de rose par exemple, il faut compter jusqu’à… 3 tonnes de pétales !

Les précautions

cosm-aromath-olie-170_400_12.jpg
Toujours lire attentivement la notice. Toutes les huiles essentielles ne conviennent pas pour une utilisation dans le bain ou comme huile de massage, car certaines peuvent irriter la peau.

Ne jamais surdoser. Très concentrées, les huiles essentielles ont un effet puissant qui peut se révéler irritant et même dangereux pour la santé en cas d’utilisation à trop forte dose. Une utilisation correcte est donc indispensable. Diluez toujours l'huile essentielle comme indiqué sur l’emballage. Seuls l’arbre à thé et la lavande peuvent être utilisés purs.

N’utilisez pas d’huile essentielle chez le jeune enfant (moins de 6 ans) ou si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Consultez toujours votre médecin traitant si vous souffrez d'une affection chronique (asthme, hypertension, maladie rénale ou hépatique, épilepsie…), si vous prenez régulièrement des médicaments ou si vous souffrez d’un cancer.

Testez d’abord chaque huile (diluée) sur l’intérieur de votre coude avant d’en appliquer ailleurs sur la peau, afin de vérifier si vous n’êtes pas allergique ou hypersensible.

Conservez toujours les flacons hermétiquement fermés et hors de portée des enfants et des animaux domestiques.

La prise orale d’huile essentielle est rarement conseillée et ne peut se faire que sous contrôle d’un spécialiste.

Arrêtez immédiatement l’utilisation si vous constatez le moindre effet secondaire (irritation de la peau, démangeaisons, éruption, troubles respiratoires...).

Une popularité croissante

La popularité de l’aromathérapie gagne du terrain. Ainsi, de plus en plus d’aide-soignantes, de sages-femmes, d'ergothérapeutes et d'infirmières l'utilisent volontiers pour améliorer le confort de leurs patients soignés à domicile. Les maisons de repos et les centres de soins font aussi régulièrement usage de l’aromathérapie.

Les parfums jouent un rôle important en termes d’ambiance et l’évaporation de ces huiles entraîne un double bienfait salutaire : une atmosphère détendue et un effet antiseptique. Et dans certains pays (notamment aux Pays-Bas), les huiles essentielles sont désormais aussi utilisées dans les hôpitaux.


publié le : 11/08/2016 , mis à jour le 10/08/2016
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci