ad

La tulipe : la reine du printemps

Dernière mise à jour: mars 2017 | 6522 visites
123m-bloem-tulip-tuin-20-3.jpg

news Dès l'arrivée des beaux jours, la tulipe colore les parterres et les massifs de nos jardins, nos rebords de fenêtre et nos balcons. Elle se marie à merveille avec les jonquilles, les muscaris et les iris. Voici ce qu'il faut savoir sur la reine des fleurs de printemps.

La tulipe est originaire de Turquie et aurait été introduite « officiellement » en Europe au 16ème siècle, mais elle y était sans doute présente depuis bien avant. Elle est aujourd'hui cultivée aux quatre coins du monde, et en particulier aux Pays-Bas, et plus spécifiquement dans la province de Hollande. On recense environ 5.600 variétés regroupées en 125 espèces et 15 familles qui vont de la « Simple Hâtive » à la « Fleur de Lis » aux pétales effilés en passant par la « Rembrandt » aux fleurs flammées ou à la « Perroquet » aux fleurs larges dont les pétales rebiquent vers l'extérieur. Certaines fleurs sont uniformes, d'autres bicolores ou multicolores.

Quand planter les bulbes ?

Si vous voulez les laisser en terre d'année en année, préférez des espèces botaniques ou des hybrides de kaufmanniana qui ne dégénéreront pas. Pour les autres bulbes, il est préférable de les sortir de terre quand le feuillage sèche et de les conserver dans un lieu frais et aéré (abri de jardin). La période de plantation en pleine terre se situe d'octobre à fin novembre. Les tulipes adorent également être mises en pots ou dans des jardinières. Notez toutefois que les tulipes dégénèrent en général au bout de 2 - 3 ans.

Le développement du bulbe étant conditionné par la succession d'une période froide et de températures plus élevées, les bulbes doivent bénéficier de toute la froidure hivernale et se réveilleront dès l'apparition des premières chaleurs printanières.

Quand faut-il couper ?

A l'instar des narcisses, l'après-floraison de la tulipe est une période cruciale car c'est elle qui conditionne la future floraison.

Lorsqu’elle se met à faner, la fleur commence à constituer ses réserves en vue de la prochaine floraison. Pour la couper, il faut ainsi attendre qu’elle soit bien fanée, sèche. Ne coupez les feuilles et les tiges que lorsqu’elles sont bien jaunes et surtout pas avant ! Si vous supprimez le feuillage juste après la floraison, elles risquent de ne pas refleurir au printemps suivant. La tentation est grande par pur esthétisme, mais il faut se retenir...

Source: Barbara Simon (avec www.jardiner-malin.fr)
publié le : 01/04/2017 , mis à jour le 31/03/2017
ad
pub