Mycoses : l’efficacité de la lavande

Dernière mise à jour: juin 2017 | 13504 visites
123m-lavendel-olie-29-5.jpg

news L’huile essentielle de lavande agit de manière puissante contre les champignons responsables d’infections fongiques (mycoses) de la peau, du cuir chevelu, des ongles et des muqueuses.

Les vertus de l’huile de lavande sont exploitées de longue date par l’industrie cosmétique et en phytothérapie, notamment. Une équipe portugaise (université de Coimbra) a testé en laboratoire son efficacité sur les champignons pathogènes, ceux qui provoquent les mycoses. Ces infections sont en constante augmentation, et à l’instar des bactéries face aux antibiotiques, les champignons développent eux aussi une résistante croissante à l’action des antifongiques, les médicaments destinés à les combattre, et dont l’utilisation s’accompagne souvent d’effets secondaires.

Les chercheurs ont utilisé de l’huile essentielle de Lavandula viridis et l’ont confrontée à une variété de champignons de type dermatophytes et Candida. Les dermatophytes provoquent des infections de la peau (dont le pied d’athlète), du cuir chevelu (comme la teigne) et des ongles (onychomycose). Candida déclenche une candidose (notamment la mycose vaginale). Face à ces deux grands types de champignons, l’huile de lavande a montré une efficacité particulièrement intéressante, puisqu’il s’avère qu’elle est capable de détruire les cellules fongiques en endommageant leur membrane.

Les auteurs de ces expériences expliquent que par rapport aux médicaments antifongiques, « l’huile essentielle de lavande pourrait constituer une alternative efficace, bon marché et avec un minimum d’effets secondaires ». Le spectre d’activité contre les champignons apparaît très large et d’un haut potentiel. « C’est un bon point de départ pour un développement de cette huile dans la perspective d’un usage clinique contre les infections fongiques ». Des études sont nécessaires pour vérifier formellement sur l’être humain (in vivo) ces données obtenues en laboratoire (in vitro).

Source: Journal of Medical Microbiology (http://jmm.microbiologyrese)
publié le : 20/06/2017 , mis à jour le 19/06/2017
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci