Vaccin HPV : une efficacité confirmée

Dernière mise à jour: août 2019 | 9819 visites
123m-vacc-hpv-vr-31-7.jpg

news La vaccination contre le papillomavirus (HPV) protège bien contre les lésions précancéreuses du col de l’utérus. Quant au cancer proprement dit, on peut le supposer.

Le papillomavirus est impliqué dans la quasi-totalité des cas de cancer du col de l’utérus, sachant que le délai moyen entre la première infection par le HPV et la survenue d’un cancer invasif de l’utérus est d’une trentaine d’années en moyenne. Or, on ne dispose pas encore de suffisamment de recul pour pouvoir affirmer sans le moindre doute que la vaccination protège contre le cancer. Ce qui est certain, et à nouveau confirmé par plusieurs études récentes, c’est l’effet protecteur du vaccin contre les lésions précancéreuses, et on peut donc supposer une efficacité contre le risque de cancer associé à ces lésions.

Le frottis périodique est toujours souhaitable


Selon les données disponibles, ajoute la revue médicale Prescrire, il est probable aussi que la vaccination réduise la fréquence des conisations (ablation d’une portion du col utérin), un geste qui expose à des complications de la grossesse (prématurité, fausse couche, accouchement difficile…). Ceci étant, la vaccination n’est pas exempte de risque d’effet secondaire, surtout une réaction locale de type douleur et gonflement, et peut-être aussi des effets très rares mais sévères (syndrome de Guillain-Barré).

Prescrire ajoute : « Certains parents et certaines jeunes femmes peuvent considérer que l’espoir de réduire le risque de cancer pèse plus que le risque incertain des effets indésirables du vaccin, tandis que d’autres peuvent préférer ne pas prendre de risque tant qu’un effet protecteur du vaccin contre le cancer n’est pas formellement démontré, et compter sur le dépistage (frottis) du cancer du col de l’utérus. Ce dépistage reste souhaitable de toute façon, car le vaccin HPV ne prévient pas la survenue de toutes les lésions précancéreuses ». On ajoutera que dans le cadre de la prévention globale des infections sexuellement transmissibles, l’utilisation adéquate du préservatif joue un rôle majeur.


publié le : 09/08/2019 , mis à jour le 08/08/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci