ad

Se prendre pour un loup-garou : quel lien avec le ronflement ?

Dernière mise à jour: mars 2020 | 2808 visites
123m-weerwolf-9-3.jpg

news La lycanthropie clinique est une maladie psychiatrique lors de laquelle le patient se croit transformé en loup. Deux cas étranges établissent une association avec le ronflement.

Il s’agit de deux hommes pris en charge par une équipe portugaise (Centre hospitalier psychiatrique de Lisbonne), et dont les cas sont relatés par Le Monde.

• Le premier est un patient de 41 ans, diagnostiqué schizophrène à l’âge de 20 ans. Son sommeil est extrêmement perturbé (agitation, agressivité, hallucinations…) et il entend des voix qui lui disent qu’il se transforme en loup. Il hurle quand il se réveille la nuit et lorsqu’il se regarde dans le miroir pendant les épisodes de lycanthropie, il voit un loup. Sa famille rapporte des ronflements bruyants. L’enregistrement de son sommeil par polysomnographie met en évidence une fragmentation considérable, associée à un syndrome d’apnées obstructives. Son traitement pour la schizophrénie est adapté, il entame un régime amaigrissant énergique et il perd beaucoup de poids. Les ronflements disparaissent, tout comme les épisodes de lycanthropie.

• Le second est un homme de 52 ans, dépressif depuis l’âge de 37 ans. Il est admis en psychiatrie pour agitation, agressivité, hallucinations, grognements bruyants et délire de lycanthropie. Lui aussi présente un important ronflement chronique. Les spécialistes diagnostiquent un syndrome d’apnées du sommeil d’intensité sévère. Après ajustement du traitement, le ronflement s’estompe et la lycanthropie également.

Comme l’explique Le Monde, « ces deux cas de lycanthropie associée à un syndrome d’apnées du sommeil sont les seuls rapportés à ce jour dans la littérature médicale. Selon les auteurs, les réveils et les hypoxies - manque d’oxygène - causés par les apnées pourraient avoir engendré une altération de la perception ayant pu se produire lors d’un état de transition entre veille et sommeil ». Cette altération venant se greffer sur un trouble psychiatrique (en l’occurrence la schizophrénie ou la dépression), cela a pu déclencher ce symptôme très particulier.

Source: The Primary Care Companion for CNS Disorders (https://publons.com/journal) via Le Monde (www.lemonde.fr)
publié le : 16/03/2020
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci