Que peut-on faire contre l'éjaculation précoce ?

Dernière mise à jour: novembre 2014 | 20084 visites
123-p-koppel-bed-geluk-170-11.jpg

news L'éjaculation prématurée concerne une proportion importante d'hommes. De quelles solutions disposent-ils pour réussir à mieux se contrôler ?

Le renforcement du périnée. Par l'apprentissage de la maîtrise des muscles du plancher pelvien, afin de les détendre et ainsi retarder l'éjaculation.

La thérapie psychosexuelle. Pour aider l'homme et sa partenaire à mieux aborder la problématique. L'implication de la partenaire est l'une des conditions du succès : l'homme doit être mis en confiance.

L'allongement de la durée des préliminaires. Il est important que les caresses ne fassent pas monter l'excitation trop rapidement et trop fort. Prenez votre temps, faites des pauses.

La masturbation. Elle peut être utile avant le rapport afin de retarder ensuite l'éjaculation. Mais le résultat n'est pas garanti et, par ailleurs, elle ne doit pas intervenir trop tôt (sinon cela ne sert pas à grand-chose), ni trop tard (au risque de compromettre une nouvelle érection).

Le start & stop. Au moment où l'homme sent que l'excitation est sur le point d'atteindre le moment irréversible, il arrête les mouvements, se retire et se détend. On insiste sur la notion de « sur le point d'atteindre » : si le dernier pallier est franchi, impossible de faire marche arrière.

Le préservatif. Les modèles à effet retardant (lidocaïne) peuvent parfois aider, mais ils sont loin d'être une solution miracle.

Le squeeze. Une déclinaison du start & stop, avec une pression exercée à la base du gland.

Changer de position. Alterner les positions, en commençant par celles qui font le moins monter l'excitation (tout est relatif...), permet de faire quelques pauses.

Voir aussi l'article : Quand parle-t-on d'éjaculation précoce ?

Voir aussi l'article : Ejaculation précoce : un exercice simple et efficace


publié le : 28/11/2014 , mis à jour le 28/11/2014
adv 19_top
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci