Gonorrhée (chaude-pisse) : symptômes et traitements

Dernière mise à jour: août 2019 | 5422 visites
123m-vr-pijn-sex-5-8.jpg

news La gonorrhée (aussi appelée chaude-pisse, blennorragie ou gonococcie) est une infection sexuellement transmissible (IST) extrêmement contagieuse. Quels sont les symptômes et les traitements ?

L’infection est provoquée par une bactérie, Neisseria gonorrhoea, le gonocoque.

Chez l’homme, des symptômes sont souvent présents et ils surviennent deux à huit jours après le rapport sexuel : infection aiguë de l’urètre avec des difficultés à uriner, brûlures intenses lors de la miction (« chaude-pisse »), écoulement purulent jaune verdâtre souvent abondant.

Chez la femme, des symptômes se manifestent dans un peu moins de la moitié des cas : inflammation du col de l’utérus et du vagin avec prurit (démangeaisons) et écoulement vaginal purulent, et parfois inflammation de l’urètre avec difficultés à uriner ou saignements. Chez 10 à 20% des femmes avec une inflammation du col utérin, un syndrome inflammatoire pelvien peut entraîner des douleurs chroniques, et parfois une stérilité.

La gonococcie est un indicateur de risque d’autres infections sexuellement transmissibles, souligne la revue médicale Prescrire. Environ un tiers des patients avec une gonococcie présentent une infection conjointe par Chlamydia trachomatis (chlamydiose). Le dépistage d’une autre IST est donc à proposer systématiquement.

En ce qui concerne le traitement, il repose sur l’administration par injection en dose unique d’un antibiotique (ceftriaxone), qui peut être complété par une dose unique par voie orale d’un antibiotique contre Chlamydia (azitromycine). Prescrire ajoute : « Le traitement antibiotique (de préférence concomitant des partenaires sexuels) et l’utilisation du préservatif masculin et féminin, visent à interrompre la chaîne de transmission de l’infection ».


publié le : 25/08/2019 , mis à jour le 24/08/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci