Perdre du poids : l'attitude du médecin fait une grande différence

Dernière mise à jour: octobre 2014 | 3678 visites
123-p-gewicht-voeten-170-5.jpg

news Il va sans dire que l’obésité constitue un facteur de risque majeur pour la santé, en particulier sur le plan cardiovasculaire. La plupart des personnes en surpoids en sont conscientes, et désirent ardemment perdre ces kilos en trop. Une attitude de fermeté de la part de leur médecin peut les y aider.

Une équipe de l’Université de Rochester (Etats-Unis) a cherché à mettre en évidence les déterminants de la perte de poids chez les patients obèses présentant une atteinte cardiovasculaire. Sur les quelque 900 participants, 78% étaient clairement conscients des risques encourus en raison de leur excès de poids et 80% souhaitaient maigrir. Pourtant, moins d’un patient sur deux (49%) avait effectivement réussi à perdre du poids dans des proportions significatives durant l’année qui a précédé cette évaluation. Et il s’avère qu’à peine six sur dix ont spécifiquement approfondi cette problématique avec leur médecin.

Or, cette étude montre clairement que le diagnostic médical d’obésité conduit non seulement le patient à tenter de perdre du poids, mais en plus contribue à un résultat positif. Comme l’explique le Dr Olivier Meillard, dans le Journal international de médecine (JIM), « cette étude tend à démontrer que ce n’est pas en ménageant nos patients à propos de leur « embonpoint » que nous les aidons à perdre du poids. Il faut appeler un chat, un chat : vous êtes trop gros, il faut maigrir ! » Ceci n'empêche évidemment pas, que du contraire, d'entamer un dialogue respectueux, mais il doit reposer sur des bases très claires.


publié le : 31/05/2011 , mis à jour le 17/10/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci