Sucres ajoutés : catastrophiques pour le poids

Dernière mise à jour: avril 2014 | 6125 visites
suiker-wit-br-170_400_05.jpg

news Une étude américaine, qui s’est étalée sur une trentaine d’années, montre qu’il existe une corrélation parfaite entre l’augmentation globale de l’excès poids et la consommation sans cesse accrue des sucres ajoutés.

Les sucres ajoutés pendant la transformation des produits alimentaires industriels, à la maison lors de la préparation d’un repas, ou à table, représentent l’un des principaux facteurs de risque de prise de poids. C’est la conclusion posée par une étude de très large ampleur, dont les résultats ont été présentés à l’occasion d’un congrès de l’association cardiologique américaine.

Une équipe attachée à l’école de santé publique de l’université du Minnesota a passé au crible les données recueillies dans le cadre d’une enquête baptisée Minnesota Heart, conduite durant près de trente ans auprès des adultes âgés (au départ) de 25 à 74 ans résidant dans la région de Minneapolis. Durant cette période, six vagues – tous les cinq ans - de récolte d’informations ont directement concerné les habitudes alimentaires, la taille et le poids.

Qu’a-t-on constaté ?


Un : la consommation croissante de sucres ajoutés coïncide avec une augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC), tant chez les hommes que chez les femmes.
Deux : en trente ans, la consommation de sucres ajouté a notablement augmenté tant chez les messieurs que chez les dames, et ceci dans toutes les tranches d’âge. Lorsque cette consommation s’est stabilisée (notamment au début des années 2000), l’IMC moyen s’est stabilisé à son tour.
Trois : les hommes consomment aujourd’hui 15% de leurs calories quotidiennes en sucres ajoutés, soit une hausse de 40% par rapport à la situation qui prévalait voici trente ans.
Quatre : les sucres ajoutés représentent 13% du total des calories ingérées quotidiennement par les femmes (contre 10% au début des années 80).
Cinq : quelle que soit la vague d’enquête considérée, il apparaît que les femmes consomment moins de sucres ajoutés que les hommes, alors que les jeunes en ingèrent davantage que les adultes.

Limiter l’apport en sucres ajoutés est l’un des messages clés en matière de lutte contre le surpoids, rappelle l’association cardiologique américaine. En fait, les femmes ne devraient pas dépasser l’équivalent de 100 calories de sucres ajoutés par jour, sachant que ce plafond passe à 150 calories pour les hommes.

Source: American Heart Association (www.heart.org)
publié le : 11/06/2011 , mis à jour le 29/04/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci