Cela ne nous gratte pas partout de la même manière

Dernière mise à jour: mai 2012 | 5026 visites
vr-jeuk-been-170_400_01.jpg

news L’intensité des démangeaisons varie selon les parties du corps, et le soulagement lorsqu’on les gratte aussi.

En l’occurrence, ces chercheurs du Wake Forest Baptist Medical Center (Caroline du Nord) ont procédé sur trois zones : la cheville, le dos et l’avant-bras. Une vingtaine de volontaires ont été soumis à une très désagréable expérience, consistant à appliquer sur la peau de la sève d’une plante tropicale extrêmement irritante. Ensuite, toutes les trente secondes et durant cinq minutes, les dermatologues ont observé – sur base d’une grille d’évaluation standardisée - l’intensité des démangeaisons et le soulagement procuré par le grattage.

Résultat (publié dans le « British Journal of Dermatology ») : les démangeaisons sont ressenties plus intensément lorsqu’elles affectent la cheville ou le dos, et moins sur l’avant-bras ; alors que le soulagement est davantage marqué quand on se gratte la cheville, par rapport aux autres zones.

L’explication tiendrait à des différences entre les fibres nerveuses, non seulement impliquées dans la perception des stimulations désagréables, mais donc aussi dans le ressenti du soulagement. L’intérêt de cette étude, indique son coordinateur, réside dans une meilleure compréhension de ces processus, susceptible de déboucher sur une prise en charge toujours mieux adaptée des patients souffrant de maladies de la peau.


publié le : 18/05/2012 , mis à jour le 17/05/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci